La malchance continue de s'acharner sur Michaël Bournival

Michaël Bournival tentera de retrouver sa confiance avec... (Photo: La Presse)

Agrandir

Michaël Bournival tentera de retrouver sa confiance avec les Bulldogs.

Photo: La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste

(Montréal) En terme de malchance, difficile de trouver un meilleur candidat dans l'entourage du Canadien que Michaël Bournival.

Environ deux semaines après avoir été rétrogradé dans la Ligue américaine, conséquence de l'acquisition de quelques joueurs évoluant sur les troisième et quatrième trios, le Shawiniganais espérait bien pouvoir laisser une bonne impression lors du seul passage des Bulldogs de Hamilton au Centre Bell, dimanche contre les Marlies de Toronto.

Victime d'une blessure au haut du corps (probablement subie vendredi à Rochester), l'ancien capitaine des Cataractes a plutôt troqué son habit de joueur pour le veston et c'est du haut de la galerie de presse qu'il a passé une partie de son après-midi.

Visiblement affecté par cette guigne qui s'acharne sur lui depuis le début du calendrier, Bournival n'était pas le gars le plus jasant, près du vestiaire du Canadien, à la suite d'une défaite de 2-0 devant quelque 11 000 spectateurs. «Je serai réévalué au cours des prochains jours. Je verrai comment je vais me sentir. La bonne nouvelle, c'est que notre prochain match n'est prévu que la fin de semaine prochaine. Mais oui, c'est une déception.»

Une autre dans cette saison un peu étourdissante pour un jeune homme qui avait tant séduit les partisans du Tricolore pendant le camp d'entraînement de 2013.

Fort d'une récolte de 14 points en 60 parties - il s'était aussi bien débrouillé pendant le long printemps éliminatoire -, plusieurs estimaient sa place déjà acquise en 2014-15. Il a plutôt amorcé l'année comme réserviste, avant de retourner à Hamilton.

Puis, lors de sa deuxième rencontre avec le Canadien en novembre, il a été blessé à la clavicule gauche face aux Sabres de Buffalo, ce qui lui a fait rater quelques matchs. Encore là, sa réhabilitation passait par Hamilton.

Cette année, Bournival a disputé 29 parties dans la LNH, pour cinq points. Chez les Bulldogs, il comptabilise 9 points en 12 sorties et trois séjours. Son absence était remarquée dimanche sur la glace: malgré de bons flashs offensifs, les favoris de la foule n'ont jamais été en mesure de déjouer le gardien des Marlies Christopher Gibson. Ça manquait un peu de fini autour du filet. «J'aurais aimé contribuer, mais il faut prendre conscience de ma santé d'abord. J'en sortirai gagnant au bout de la ligne. Ce que je trouve plate, c'est que j'avais du temps de jeu avant cette blessure.»

En cinq matchs depuis sa rétrogradation, il a dû se contenter d'une passe, 14 tirs et un différentiel de -2. Mais au moins, il a du temps de glace. «Je comprends la situation à Montréal et pour mon cheminement, je dois jouer le plus possible. En haut, j'aurais été un extra de toute façon.»

N'empêche que le coup a été difficile à encaisser le 2 mars, à la suite des acquisitions de Torrey Mitchell et Brian Flynn. «Je n'ai pas vraiment eu le temps de penser [à la composition des trios] cette journée-là parce que j'ai été descendu.»

En entrevue à La Presse avant le match Toronto-Hamilton, l'entraîneur-chef des Bulldogs Sylvain Lefebvre a eu de bons mots pour Bournival. «Il ne montre pas beaucoup d'émotions, mais on sait qu'un jeune ne peut pas être heureux d'être rétrogradé. Il travaille tellement fort. C'est sa marque de commerce. On veut l'aider à retrouver sa confiance et s'assurer qu'il soit dans un bon état d'esprit. On lui explique que, parfois, il est nécessaire de faire un pas en arrière avant de rebondir.»

À moins que le Canadien ne le rappelle, Bournival demeurera impliqué, en compagnie de ses coéquipiers, au sein d'une lutte à finir pour l'obtention d'une place en séries éliminatoires. Il s'agirait certainement d'un baume sur une saison qui, jusqu'à présent, n'est guére enthousiasmante pour le Mauricien.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer