Le Blizzard expulsé de la LHSAM?

Lors d'une mêlée générale durant la période d'échauffement... (Photo: Stéphane Lévesque)

Agrandir

Lors d'une mêlée générale durant la période d'échauffement samedi soir, avant le match de la Ligue senior A opposant le Blizzard de Saint-Gabriel-de-Brandon au Bigfoot de Saint-Léonard-d'Aston, Louis-Étienne Leblanc du Bigfoot a été gravement blessé et il est hospitalisé depuis l'incident.

Photo: Stéphane Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Steve Turcotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le Blizzard de Saint-Gabriel-de-Brandon sera-t-il expulsé des cadres de la Ligue senior A de la Mauricie? Le président Alain Beauchamp a convoqué une réunion spéciale mardi soir pour statuer sur l'avenir de l'organisation, à la suite d'une mêlée générale durant la période d'échauffement samedi soir, avant le quatrième match de cette série quatre de sept opposant le Blizzard aux champions en titre, le Bigfoot de Saint-Léonard-d'Aston.

 Lors de cette mêlée, Louis-Étienne Leblanc du Bigfoot a été gravement blessé et il est hospitalisé depuis l'incident.

Selon le rapport des officiels remis aux autorités du circuit, c'est Kevin Talbot, un joueur du Blizzard, qui a mis le feu aux poudres en traversant la ligne rouge centrale pour servir un double-échec à un joueur du Bigfoot.

Puis, à la fin de la mêlée, trois sources différentes ont indiqué au Nouvelliste que Philippe Mailhot a atteint sournoisement Leblanc d'un coup de poing. Ce dernier s'est évanoui, faisant craindre le pire aux membres du Bigfoot. Leblanc a repris conscience quelques minutes plus tard, mais il a subi deux fractures au visage et il a été cloué à une table d'opération pendant plusieurs heures hier soir. 

Cette attaque a incité le Bigfoot à retraiter au vestiaire, et l'équipe a quitté l'aréna sans prendre part à ce quatrième match, où le Blizzard devait tenter d'éviter un balayage devant ses partisans. 

«Nous prenons la situation très au sérieux. Le Blizzard a été impliqué dans des incidents regrettables il y a deux ans avec Saint-Marc-des-Carrières, l'an dernier avec Saint-Léonard-d'Aston et Louiseville et il y a maintenant les incidents de samedi. Je ne peux en vouloir au Bigfoot de ne pas avoir joué le match, les membres de l'organisation ne se sentaient pas en sécurité. Nos gouverneurs auront une décision à prendre mardi (demain) et aucun scénario n'est écarté. Jusqu'à nouvel ordre, cette série est tout simplement suspendue», indiquait le président du circuit Alain Beauchamp.

Ce dernier n'était pas sur place samedi, ni aucun autre membre du personnel de la ligue. Il n'a pas non plus encore visionné la vidéo, le Blizzard disposant de 48 heures pour la remettre au préfet de discipline Tommy Tousignant. Même si le Blizzard manquait à son obligation de rendre à Tousignant la vidéo d'ici à la réunion spéciale, Beauchamp assure que son circuit sera néanmoins en mesure de prendre une décision éclairée.

«On a le rapport des officiels qui identifie celui qui a parti le bal. On n'a pas besoin de la vidéo non plus pour savoir qu'il y a un joueur du Bigfoot qui est gravement blessé à l'hôpital. Les gouverneurs auront toutes les données en main pour prendre la décision qu'ils jugeront pertinente.»

Le Nouvelliste a par ailleurs appris que ce n'est pas sans raison qu'aucun dirigeant de la Ligue n'était présent sur place samedi. Beauchamp a reçu des menaces à la suite d'un reportage diffusé à TVA la semaine dernière, et le Blizzard lui a indiqué qu'il ne pouvait pas garantir sa sécurité à l'extérieur de l'aréna si jamais il se rendait voir un match à Saint-Gabriel-de-Brandon.

Beauchamp a confirmé les informations du Nouvelliste et reconnu qu'aucun dirigeant n'a voulu assister au match afin de ne pas jeter de l'huile sur le feu inutilement. «Le message texte que j'ai reçu du principal dirigeant du Blizzard était assez clair, c'est vrai.»

À pareille date l'an dernier, le Blizzard avait aussi fait les manchettes pour les mauvaises raisons lorsque Michaël Dupuis avait roué de coups Marc-Antoine Boucher du Bellemare de Louiseville en demi-finale, alors que ce dernier était étendu sans défense sur la glace. Dupuis avait été suspendu à vie pour son geste, et Boucher avait logé une plainte aux autorités policières. 

En juin dernier, le directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) avait renoncé à poursuivre Dupuis pour son geste. «Après l'analyse de l'enquête policière et en conformité avec la politique du DPCP en matière de violence dans les sports, nous étions d'avis que cette personne était admissible au Programme de traitement non judiciaire de certaines infractions criminelles commises par des adultes», avait expliqué Me Jean-Pascal Boucher, porte-parole du DPCP, au Journal de Joliette.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer