Un Blizzard confortable face au COOL FM

Hubert Poulin retrouvera la formation avec laquelle il... (Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste)

Agrandir

Hubert Poulin retrouvera la formation avec laquelle il a joué pendant cinq ans, le Cool FM de Saint-Georges, en première ronde des séries éliminatoires. Alain Côté espère que son équipe, Poulin en tête, offrira une performance physique.

Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(TROIS-RIVIÈRES) Après une saison en dents de scie, c'est le temps pour le Blizzard Cloutier Nord-Sud de livrer la marchandise, alors que s'amorceront vendredi soir les séries éliminatoires de la Ligue nord-américaine de hockey.

La troupe d'Alain Côté voulait affronter le Cool FM de Saint-Georges-de-Beauce, et c'est ce qu'elle a obtenu.

Samedi dernier, les Trifluviens avaient l'opportunité de terminer au troisième rang du classement s'ils l'emportaient face aux River Kings de Cornwall, ce qui aurait signifié un affrontement au premier tour avec la bête noire de l'équipe, les 3L de Rivière-du-Loup. De toute évidence, le Blizzard n'a pas tout fait pour remporter ce match, alors que le gardien remplaçant François Lacerte avait été envoyé devant la cage. Détenant une avance de 4-2 à la mi-match face à la pire équipe du circuit Godin, les Trifluviens se sont finalement écroulés pour s'incliner 7-4. Des rumeurs ont circulé comme quoi la direction du Blizzard avait demandé aux joueurs de ne pas remporter ce match, accusation démentie par l'entraîneur Alain Côté.

«Nous avons fait ce que nous avions à faire. Ça nous a permis de faire jouer François Lacerte, surtout si nous en avons besoin en séries. De plus, Thomas Bellemare n'a pas joué, et Gabriel Boutin-Gagnon a disputé une rencontre complète en défensive. Nous n'avons pas fait exprès pour perdre, nous avons joué avec intensité, et ça nous a permis de nous préparer pour les séries.»

Cette première ronde des séries éliminatoires permettra ainsi aux partisans mauriciens de retrouver celui qui a été à la tête d'une équipe en sol trifluvien pendant 12 ans, Léo-Guy Morrissette, aujourd'hui propriétaire de la concession beauceronne. Questionné à savoir s'il croyait que le Blizzard avait choisi d'affronter le Cool FM plutôt que les 3L en perdant ce dernier match, l'homme d'affaires repousse cette option du revers de la main. Ce dernier s'attend à une série serrée entre deux clubs qu'il considère comme similaires, bâtis à partir du même moule. «Ce sont deux équipes qui se ressemblent, qui ont un bon gardien, de bons défenseurs et des scoreurs.»

Son entraîneur, Éric Dandeneault, qui est arrivé avec l'équipe en milieu de saison et qui a permis aux Beaucerons de conserver une fiche de ,500, n'abonde toutefois pas dans le même sens que son patron au sujet de la défaite des Trifluviens contre Cornwall. «J'espère que les gars vont s'en servir comme motivation, souligne Dandenault. Nous avons une équipe qui, lorsqu'elle veut, peut surprendre tout le monde. Il faudra mettre nos bottes de travail.»

Les gardiens à l'honneur

De toute évidence, le Cool FM et le Blizzard vivront et mourront avec leurs gardiens. La réputation de Marco Cousineau n'est plus à faire, même s'il a connu une saison quelque peu décevante. De l'autre côté, Loïc Lacasse est au sommet de son art après avoir connu un difficile début de saison avec les River Kings, où il jouait bien souvent seul.

«Trois-Rivières a terminé premier l'an passé et c'est grâce à Cousineau. Si tu l'enlèves, ils ne finissent pas premiers, même si Alain a fait une bonne job. Sans gardien dans cette ligue, tu ne vas nulle part», rappelle Dandeneault.

De son côté, le Blizzard promet de se servir de ses épaules afin de sortir les visiteurs de leur zone de confort, ce soir au Colisée.

«On doit frapper, parce que ce n'est pas une équipe qui est très physique. Avec des mises en échec, on peut aller les chercher», souligne le pilote trifluvien, qui comptera sur Tommy Lafontaine et Maxime Boisclair ce soir. Seul Thomas Bellemare devra déclarer forfait pour ce premier week-end.

Une série émotive

Dans les deux camps, l'émotion sera au rendez-vous.

Pour Morrissette, ce retour à Trois-Rivières ne se fera pas dans l'animosité, indiquant qu'il a tourné la page sur son passage en Mauricie, quoique... «J'ai toujours apprécié Trois-Rivières dès le premier jour où j'y ai été, et je vais aller serrer les mains des gens que je connais. Mais la business, c'est la business. J'ai été à Trois-Rivières pendant 12 ans après tout. La seule chose que je trouve dommage, c'est que je n'ai jamais eu droit au titre de Trifluvien par adoption. Je trouve ça regrettable, parce que j'y ai donné 100 % de moi-même.»

Dans le camp adverse, les réflecteurs seront tournés vers Hubert Poulin, puisque celui-ci avait été au centre de la fracassante transaction durant l'entre-saison, qui avait envoyé PJ Corsi en Beauce, puis à Jonquière. Si Poulin, originaire de Saint-Georges, avait tout d'abord refusé de se présenter à Trois-Rivières, il a adopté le Colisée depuis. «Je ne me suis pas caché pour le dire, je veux qu'il regrette de m'avoir échangé», souligne-t-il à propos de Morrissette.

Suspendu plus souvent qu'à son tour cette saison, Poulin, par son jeu physique et sa capacité d'évoluer sur un trio régulier, aura son rôle à jouer dans cette série. Reste à voir s'il sera en mesure de faire preuve de discipline. «C'est sûr qu'il va y avoir beaucoup d'émotion dans l'air et je vais tenter de contrôler les miennes, tout en faisant preuve d'intensité et de fougue. Ils vont sentir ma présence et jouer sur le bout de la palette.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer