Le CH impliqué dans une chaude lutte

Les Sénateurs connaissent de bons moments grâce au... (Photo: Le Droit)

Agrandir

Les Sénateurs connaissent de bons moments grâce au gardien Andrew Hammond, qui n'a toujours pas subi la défaite en temps régulier en huit décisions. Dans la défaite de mardi face au Bruins, c'est Craig Anderson qui était d'office pour les Ottaviens.

Photo: Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Robert Laflamme
La Presse Canadienne
Montréal

On a rarement assisté à une chaude lutte du genre pour l'obtention du premier rang de la LNH, à ce stade de la saison. On peut avancer, sans grand risque de se tromper, que l'identité de l'équipe gagnante du trophée des Présidents ne sera connue qu'à l'issue de la toute dernière soirée d'activités en saison régulière, le 11 avril.

Imaginez, avant le duel entre les Ducks d'Anaheim et les Flames de Calgary hier, seulement deux points départageaient les sept premières équipes au classement!

Le Canadien s'est réveillé en tête hier, mais il avait de la compagnie: les Predators de Nashville et les Ducks, avec 91 points comme lui. Le Tricolore est devant eux parce qu'il a joué un match de moins.

Suivent à 90 points le Lightning de Tampa Bay et les Islanders de New York et à 89 points les Rangers de New York et les Blues de St.Louis.

Les Penguins de Pittsburgh (86), les Red Wings de Detroit (85) et les Blackhawks de Chicago (84) complètent le groupe des 10 premières équipes de la ligue.

Outre les Ducks, qui avaient la chance de se hisser seuls au sommet hier, les Rangers de l'entraîneur Alain Vigneault, qui sont sur une belle lancée, pouvaient franchir les 90 points en se mesurant aux Capitals de Washington.

Le trophée des Présidents pourrait se gagner avec une récolte de moins de 110 points, ce qui serait le plus faible total pour une saison de 82 matchs depuis que les Red Wings ont amassé 109 points en 2003-04.

Le Canadien, avec 15 matchs à jouer, doit signer neuf victoires, ou amasser l'équivalent de 18 points, afin de conclure avec 109 points. Ce serait un sommet en 25 ans, soit depuis la saison de 115 points de l'équipe en 1988-89. Cette saison-là, les Flames de Calgary avaient remporté le trophée des Présidents, avec 117 points. Le Canadien n'a jamais gagné le trophée depuis qu'il a été attribué pour la première fois en 1985-86.

L'ÉQUIPE DE L'HEURE

En attendant, le CH reprend du service dès jeudi soir en accueillant les Sénateurs d'Ottawa.

Les troupiers de l'entraîneur Michel Therrien vont tenter de secouer leur torpeur à l'attaque, eux qui n'ont réussi que cinq buts (en excluant un but dans un filet désert) à leurs cinq derniers matchs.

Les relents de fatigue du voyage d'une semaine sur la côte ouest américaine devraient s'être dissipés, d'autant que l'équipe a eu congé d'entraînement hier.

Therrien a affirmé, après la défaite en prolongation de mardi, avoir remarqué une baisse d'énergie du groupe à mesure que le match progressait. Une baisse qu'il a qualifiée de normale, au retour de voyage.

Le vétéran défenseur Sergei Gonchar pourrait disputer un 1300e match en carrière. Il deviendrait le 57e joueur de l'histoire de la LNH à atteindre le plateau, que Patrick Marleau des Sharks de San Jose a franchi dernièrement.

Les Sénateurs (30-24-11) sont l'équipe de l'heure dans la LNH, ayant signé huit victoires dans leurs 10 derniers matchs. Ils viennent toutefois de rouler sur un nid de poule, en perdant un match crucial contre les Bruins de Boston, mardi. Un gain les aurait rapprochés à trois points des Bostoniens, détenteurs de la huitième position. Le revers les a plutôt refoulés à sept points, en 10e position dans l'Est.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer