Rallye Québec: la Tuque place la barre haut

Le tracé du Rallye La Tuque proposait un... (Photo: Audrey Tremblay, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le tracé du Rallye La Tuque proposait un défi plus qu'intéressant aux pilotes: des portions sinueuses, d'autres techniques ou encore très rapides.

Photo: Audrey Tremblay, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Audrey Tremblay
Le Nouvelliste

(LA TUQUE) Les amateurs de sports motorisés en ont eu pour leur argent samedi, alors qu'était présenté le tout premier Rallye La Tuque. L'événement a été couronné de succès, les organisateurs n'ayant pas lésiné avant d'annoncer le retour de cette tranche du Championnat Rallye Québec l'an prochain.

«Ça commence la saison avec un très haut niveau de qualité. Les pilotes s'attendent à ce que ça continue, alors la barre est haute pour les autres événements du championnat. Je suis très content de l'événement, ça couronne un deux ans de travail de manière fantastique, avec la collaboration de la communauté, avec les bénévoles qui ont embarqué dans le projet. Pour moi c'est un succès», a lancé Éric Tremblay, président de Championnat Rallye Québec et coordonnateur du Rallye La Tuque.

Cette première édition a été remportée par Jean-Sébastien Besner et Yvan Joyal dans la catégorie 4 roues. Karel Carré et Samuel Joyal se sont emparés de la deuxième position et Steeve Hobbs ainsi que Philip Poirier de la troisième.

Pour la Coupe Jon-Nichols, c'est l'équipe de Patrick Marcoux et Chantal Villeneuve qui a terminé sur la première marche du podium, suivie de l'équipe de Dave Cyr et Ian Guité et de l'équipe de Philippe Guertin et Éric Poirier.

Les commentaires des pilotes étaient unanimes. Le tracé était beau et représentait un beau défi. Il y avait des portions très sinueuses, d'autres très techniques, d'autres excessivement rapides, bref de tout pour tester les compétences des pilotes et des copilotes.

«On est plus ou moins satisfaits de nos performances, mais pour l'organisation et l'événement en tant que tel, c'est super. C'est un circuit qui est très piégeux, il faut faire attention. Les routes sont exigeantes, il y a plusieurs variétés de courbes et de virages ce qui fait que c'est super rapide à certains moments, et d'autres fois c'est plutôt lent. C'est un beau rallye d'hiver», a souligné le champion en titre, Maxime Labrie.

Le jeune Karel Carré, qui pilote depuis un an, abondait également en ce sens. «C'est merveilleux, les routes sont super belles, on a beaucoup de plaisir. Ce que j'aime avec La Tuque, c'est qu'il y a des sections extrêmement rapides, on a atteint 190 km/h et il y a des sections vraiment piégeuses avec de petits virages serrés, ça prend beaucoup de finesse et de précision.»

Une équipe a également eu l'occasion d'utiliser des pneus à crampons très agressifs qui sont utilisés sur le Championnat du monde de rallye. Il s'agissait d'une première en Amérique du Nord. Les deux membres de l'équipe n'ont pas hésité à tenter l'expérience, et ce, même s'ils devaient être hors compétition.

«On roulait déjà un programme réduit pour s'amuser plus que d'autres choses. Quand on s'est fait proposer ça, c'est certain qu'on a dit oui, c'était une trop belle opportunité. C'est une expérience complètement incroyable, on ne pensait pas que ça ferait un aussi grand changement. On a eu beaucoup de plaisir [...] Pour une première édition, on dirait que c'est un rallye qui est rodé depuis des années», a lancé le copilote, Éric Losier.

Sur le terrain, on retrouvait des dizaines de spectateurs locaux, mais également de fervents amateurs et des connaisseurs d'un peu partout dans la province, de la Gaspésie à Gatineau en passant par Charlevoix. Difficile d'évaluer l'achalandage, mais les organisateurs ont senti qu'il y avait un engouement.

«Il y avait des gens dans presque toutes les intersections. On a senti qu'il y avait un mouvement vers le rallye, ç'a attiré l'attention de plusieurs spectateurs et aussi plusieurs bénévoles qui, pour certains, voyaient ça pour la première fois.»

Il y avait aussi des équipes de bénévoles aguerries venues de Montréal expressément pour l'événement. «On aime ça les courses, c'est un petit monde! On fait ça depuis 1991! C'est évidemment notre premier à La Tuque, on trouve ça le fun et on souhaite que ça dure longtemps. Ça nous fait visiter différents coins de la province», a raconté Josée Riopelle.

Déjà, les organisateurs ont confirmé qu'il y aurait un deuxième Rallye La Tuque avec possiblement des nouveautés. Des compétiteurs ont même déjà manifesté leur intérêt d'être sur la ligne de départ. Toutefois, on prendra le temps de recueillir les commentaires autant des bénévoles, du comité, que des participants afin de dresser un bilan de cette première édition.

«C'est certain que dans une première édition, il y a des choses que nous on prend pour acquis... Mais quand on débarque dans une nouvelle communauté, il y a beaucoup plus de choses à couvrir qu'après un an, cinq ans ou dix ans où là, la culture du rallye s'est installée. On s'en attendait et c'est pour ça qu'on s'est donné le temps de placer le monde, de donner les instructions et de s'organiser pour que l'événement respecte l'horaire», a conclu M. Tremblay.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer