Saison exceptionnelle pour le musher Martin Massicotte

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Audrey Tremblay
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Il roule sa bosse depuis longtemps comme musher. Martin Massicotte connaît une saison exceptionnelle sur les pistes, une des plus belles de sa carrière. À peine revenu de la compétition Can-Am Crown qu'il a remportée pour la sixième fois dans le Maine, l'homme de Saint-Tite se prépare à participer à une cinquième et dernière course.

«Ça se passe très bien. Probablement que c'est ma meilleure saison. J'ai quatre courses de faites, j'en ai gagné trois», lance d'entrée de jeu Martin Massicotte.

Ce dernier se prépare à prendre la route dimanche en vue d'une dernière course cette saison. Il s'agit du Hudson Bay Quest à Churchill au Manitoba. Il s'agira de la première participation du coureur de Saint-Tite à cette compétition de 200 milles en autonomie totale. Toutefois, la préparation reste la même.

«Physiquement, c'est la routine de tous les jours qu'on entretient avec un peu de yoga et de méditation pour se relaxer. [...] Avec les années, je ne focus pas sur la première position ou les autres coureurs qui peuvent être là. La meilleure façon que j'ai trouvée, c'est de garder l'équipe de chiens en forme du début jusqu'à la fin. Alors quand je termine la course avec des chiens en forme comme je veux, peu importe la position que je vais terminer, je vais être content.»

«Ça fait longtemps que je gagne des courses, mais depuis que je pense comme ça, ça va encore mieux», a-t-il ajouté.

Il faut dire que l'homme de46 ans course depuis déjà une vingtaine d'années et entraîne des chiens depuis l'âge de 8 ans.

«On s'entend que ce n'est pas le chien de monsieur et madame tout le monde qui peut faire ça. Ce sont des génétiques de chiens spécifiques à ça, avec un entraînement spécifique et une alimentation spécifique également», explique Massicotte.

D'ailleurs ceux qui pourraient croire que ces chiens subissent de mauvais traitementsse trompent catégoriquement selon lui.

«C'est d'avoir bien peu de connaissances sur le sujet que de penser ça. Ils ne sont pas maltraités les chiens. Quand j'ai passé la ligne d'arrivée après 50 milles, ça prend 15 secondes et les chiens se mettent à japper parce qu'ils veulent repartir.»

Avant d'en arriver aux compétitions, les chiens sont entraînés régulièrement sur des périodes plus ou moins longues. Si bien qu'ils arrivent sur la ligne de départ avec près de 4000 kilomètres d'entraînement.

«On commence au début de la saison vers le 15 septembre. Ils ont un gros entraînement de fait quand on s'en va en compétition. [...] J'avais fait trois autres courses préparatoires de 100 milles avant pour sélectionner les chiens, mais surtout les mettre en focus», précise-t-il.

En plus de sa dernière compétition, Martin Massicotte a également remportél'Odyssée appalachienne 2015, et le Plum Creek WildernessSled Dog Race à Greenville dans le Maine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer