Trois soeurs tissées serré

Les jumelles Katia et Naomi Allard ont commencé... (Photo: Vincent Gauthier)

Agrandir

Les jumelles Katia et Naomi Allard ont commencé à jouer au basketball en fauteuil roulant puisqu'elles voulaient pratiquer un sport avec leur soeur, Cynthia, atteinte de paralysie cérébrale.

Photo: Vincent Gauthier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Drummondville) Si les jumelles Katia et Naomi Allard représentent le Centre-du-Québec en basketball en fauteuil roulant aux Jeux du Québec, elles doivent une fière chandelle à leur soeur Cynthia.

Il y a deux ans, c'est pour faire du sport avec leur frangine atteinte de paralysie cérébrale que les deux adolescentes de Saint-Zéphirin-de-Courval ont été initiées à cette discipline, au sein de l'organisation civile des Vikings du Centre-du-Québec.

De fil en aiguille, elles ont ensuite mérité une place sur l'équipe régionale pour la 50e Finale provinciale à Drummondville, au grand bonheur de leur soeur de 25 ans qui est assurément leur plus fervente partisane aux abords du terrain.

«C'est certain que je n'allais pas rater ça, mes soeurs aux Jeux du Québec! Je vais les encourager le plus fort que je peux. Je leur souhaite de gagner une médaille, mais je leur souhaite surtout beaucoup plaisir», sourit Cynthia, qui doit regarder l'action depuis les lignes de côté, trop âgée pour participer à la compétition.

Évidemment, lorsque ses cadettes de 17 ans lui ont fait part de leur intention de jouer au basketball en fauteuil roulant, Cynthia débordait d'enthousiasme et d'émotions. «Je suis très contente de pouvoir faire du sport en famille. Même si j'aime plusieurs sports, je ne peux pas vraiment faire un autre sport que ça, moi. Alors je suis bien heureuse qu'elles le fassent avec moi», souligne-t-elle.

C'est en participant au Défi sportif que les trois soeurs Allard ont réellement développé une passion pour ce sport. Si Cynthia raffole de la compétition, les jumelles se disent privilégiées d'avoir l'occasion de pouvoir s'épanouir à ses côtés.

«C'est vraiment à partir de là que j'ai eu la piqûre. J'adore l'esprit de compétition», dit Cynthia.

«L'équipe des Vikings, et aussi les mini Vikings de la relève, c'est notre deuxième famille. La chimie est très bonne avec tout le monde. Ça donne un très beau mélange. Et puis, quand on joue les trois soeurs ensemble, on réussit de très beaux jeux», s'emballe Naomi.

Avec leur équipe civile, les soeurs Allard forment effectivement un trio redoutable sur le terrain. Tandis que Katia et Naomi noircissent la feuille de pointage en accumulant les paniers, Cynthia se démène afin de créer suffisamment d'espace pour que ses soeurs manoeuvrent à leur guise.

«Mon travail, c'est de bloquer le chemin aux adversaires. Quand elles font des points, je me dis que c'est grâce à moi aussi. Il y a un petit peu de moi dans leurs réussites», note Cynthia, fière de son rôle.

Quant au fait de pratiquer un sport avec des coéquipiers handicapés alors qu'elles ne le sont pas, les jumelles Allard racontent ne pas avoir été trop déstabilisées en s'inscrivant avec les Vikings. Depuis, elles pratiquent une fois par semaine en plus de participer à quelques compétitions par année.

«Je comprends que ça peut être dépaysant pour quelqu'un qui n'est pas souvent en contact avec des personnes handicapées. Nous, on vit avec notre soeur qui souffre de paralysie alors nous avons tout de suite été très à l'aise avec ça», explique Katia.

N'empêche, alors qu'elles pouvaient choisir de pratiquer le sport de leur choix, Katia et Naomi Allard se sont tournées vers le basketball en fauteuil roulant pour passer davantage de temps avec leur soeur atteinte de paralysie cérébrale.

Voilà qui en dit très long sur l'esprit de famille qui règne entre ces soeurs solidement soudées.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer