Bergevin voulait plus de profondeur

Marc Bergevin a travaillé sur la profondeur de... (Photo: La Presse)

Agrandir

Marc Bergevin a travaillé sur la profondeur de son groupe de joueurs.

Photo: La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

Le directeur général Marc Bergevin ne s'en cache pas; il veut que son club se rende loin en séries éliminatoires. Sauf qu'il n'était pas prêt à briser la chimie entre les éléments déjà en place pour y parvenir.

«Quand je me suis levé ce matin, je n'ai pas vu le petit astérisque à côté du nom de l'équipe [qui confirme notre participation aux séries éliminatoires]. L'objectif, c'est d'entrer en séries et d'aller le plus loin possible, et je crois que pour y parvenir il faut avoir de la profondeur. Et c'est là-dessus qu'on a travaillé aujourd'hui.»

Le Canadien a donc mis la main sur le défenseur Jeff Petry, des Oilers d'Edmonton, ainsi que sur les attaquants de soutien Brian Flynn et Torrey Mitchell, des Sabres de Buffalo à la date limite des transferts dans la LNH hier. Leur point en commun? Ils en sont tous à leur dernière année de contrat, ce qui est alléchant pour un directeur général en cette ère de plafond salarial. «Vous nommez ces trois joueurs-là, mais il ne faut pas oublier Jacob De La Rose et Devante Smith-Pelly. Ce sont cinq joueurs qui peuvent nous aider à progresser, et il ne faut pas oublier qu'ils sont encore très jeunes.»

«De plus, on ignore où se situera la masse salariale l'an prochain, alors [le fait que Petry, Flynn et Mitchell en soient à leur dernière année de contrat] nous apporte beaucoup plus de flexibilité, a-t-il expliqué. En conséquence, au mois de mars, c'est certain que ça les rendait plus attrayants.»

Pas d'attaquants d'impact sur le marché

Bergevin a aussi laissé entendre qu'aucune occasion ne s'était présentée pour mettre la main sur joueur offensif d'impact - un de ces fameux «attaquants du top-6».

«Il n'y avait aucun joueur de cette trempe-là qui était disponible», a assuré Bergevin, avant d'ajouter qu'il avait reçu de nombreuses offres pour ses jeunes joueurs.

Pour obtenir Petry, le directeur général Marc Bergevin a cédé un choix de deuxième tour, ainsi qu'un choix conditionnel de cinquième tour, au repêchage de juin. Ce choix conditionnel en sera un de quatrième tour si le Canadien atteint la deuxième ronde des séries, ou un de troisième tour s'il accède à la finale de l'Association Est.

Le Canadien a par la suite donné son choix de cinquième ronde au repêchage de 2016 aux Sabres pour Flynn, un Américain âgé de 26 ans, qui totalise cinq buts et 12 passes en 54 matchs cette saison.

Peu de temps avant l'heure limite de 15 h, Bergevin a de nouveau transigé avec les Sabres afin de mettre la main sur Mitchell, un Québécois âgé de 30 ans qui a réussi six buts et qui totalise 13 points en 51 matchs cette saison. Les Sabres, qui paieront 50 pour cent de la balance du salaire de 1,9 million $ de Mitchell cette saison, ont eu en retour l'attaquant Jack Nevins ainsi qu'un choix de septième ronde en 2016.

D'autre part, le Tricolore a rétrogradé Greg Pateryn et Michaël Bournival dans la Ligue américaine.

Inactif depuis le 17 janvier, Pierre-Alexandre Parenteau (commotion cérébrale) a quant à lui fait un retour au jeu hier face aux Sharks.

Réveil brutal

Petry a été informé du transfert très tôt hier par le directeur général des Oilers, Craig MacTavish. Il a par la suite discuté brièvement avec Bergevin, avant de se diriger vers San Jose, où il a affronté les Sharks.

«J'ai été réveillé par le coup de fil de Craig MacTavish, a raconté l'Américain au Réseau des sports (RDS). J'ai été secoué sur le coup, mais je suis emballé à l'idée de joindre les rangs du Canadien.»

Âgé de 27 ans, Petry montre une fiche de quatre buts et de 11 aides en 59 matchs cette saison. Ne préconisant pas un style particulèrement robuste, même s'il mesure six pieds trois pouces et qu'il pèse 196 livres, il est habile pour faire circuler rapidement la rondelle hors de sa zone. Son piètre différentiel de moins-25 est principalement attribuable au fait qu'il évoluait au sein de la 29e pire équipe de la LNH. Bergevin, qui répète continuellement qu'une équipe n'a jamais suffisamment de défenseurs, en a ajouté un autre qui tire de la droite, P.K. Subban, Mike Weaver et Tom Gilbert étant les autres.

«On croit qu'il occupera la bonne chaise derrière P.K. et Markov, a confié Bergevin. C'est un bon défenseur qui patine très bien et qui fait une bonne première passe, alors des joueurs comme ça, dans une équipe, tu n'en as jamais assez.»

Partager

À lire aussi

  • Marc Bergevin a modulé ses attentes

    Hockey

    Marc Bergevin a modulé ses attentes

    En mars 2014, le Canadien donnait un choix de 2e tour et un espoir repêché au 2e tour en Sebastian Collberg pour obtenir Thomas Vanek. Cette année,... »

  • Les Sharks servent une leçon de hockey au Canadien

    Hockey

    Les Sharks servent une leçon de hockey au Canadien

    Carey Price avait la chance d'égaler un record d'Evgeni Nabokov. Les joueurs des Sharks ont fait en sorte de protéger la marque de leur ancien... »

  • Peu de gros noms mais beaucoup de mouvements

    Sports

    Peu de gros noms mais beaucoup de mouvements

    Dans un contexte où il n'y a pas de grands favoris pour soulever la Coupe Stanley, chaque club de la LNH en tête de peloton a bougé depuis une... »

  • Dur coup pour Bournival

    Sports

    Dur coup pour Bournival

    Le plus grand perdant dans le camp du Canadien en cette date limite des transactions dans la LNH, c'est Michaël Bournival. Quelques minutes après la... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer