Performance gênante pour le Blizzard

Il ne semblait y avoir qu'une seule équipe... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Il ne semblait y avoir qu'une seule équipe sur la patinoire du Colisée de Trois-Rivières, hier, et celle-ci ne portait pas un chandail bleu. Le Blizzard s'est incliné 4-2 face à l'Isothermic de Thetford Mines.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Rarement aura-t-on vu une performance aussi terne dans un match avec un enjeu si important. Alors qu'il disputait un match de quatre points à l'Isothermic de Thetford Mines, le Blizzard Cloutier Nord-Sud de Trois-Rivières a oublié de se présenter, dimanche, au Colisée. Résultat, les visiteurs l'ont aisément emporté 4-2.

Pourtant, ce ne sont pas les occasions de se signaler qui ont manqué, le Blizzard profitant de huit occasions en avantage numérique, dont deux séquences consécutives à cinq contre trois. Mais avec 11 tirs après 40 minutes, rien ne fonctionnait.

«Avec 11 tirs après 40 minutes, ce n'était pas notre équipe sur la glace», a souligné l'entraîneur Alain Côté, qui estimait que sa troupe manquait d'énergie après le match de vendredi à Rivière-du-Loup, ce qui a mené à des erreurs mentales.

Les joueurs du Blizzard ont été dominés physiquement dans cette partie et ont rarement été en mesure de se créer un momentum. Lorsqu'ils y sont parvenus, une mauvaise punition se pointait à l'horizon, comme ce fut le cas en deuxième période alors que les Trifluviens tiraient de l'arrière 2-1. Thetford Mines en a profité pour porter la marque à 4-1.

«C'était stupide, de l'indiscipline qui ne fait pas mal. On tente d'être discipliné pour profiter de chances, mais on écope d'un deux minutes stupide qui vient tout ruiner.»

Dans le vestiaire, les visages étaient longs. Stéphane Boileau ne pouvait pas expliquer la médiocre sortie de la formation trifluvienne.

«On ne s'est pas présenté à un de nos matchs les plus importants de l'année. On est allé chercher trois victoires dernièrement alors qu'on faisait face à beaucoup d'adversité, et maintenant, nous sommes revenus à nos mauvaises habitudes.»

Ce dernier croit d'ailleurs que la domination physique de l'Isothermic n'avait tout simplement pas sa place.

«Nous devons être plus intense et être davantage une équipe sur la patinoire, où on va se protéger ensemble. Nos toughs ont fait le travail cette année, ce n'est pas nécessairement à eux de s'occuper de tout. Nos avons des joueurs capables de frapper et d'apporter de l'intensité. Ce soir, nous ne l'avons pas fait.»

Dans le camp adverse, l'entraîneur Bobby Baril était plus que satisfait de la performance des siens à l'approche des éliminatoires.

«Je pense qu'on a dominé le match au complet, a-t-il dit. Dans cette ligue, tes unités spéciales doivent faire la différence. Notre avantage l'a fait en deuxième période et notre désavantage numérique a pris la relève par la suite, en plus d'être physique. Les gars étaient prêts.»

Keven Veilleux fixé sur son avenir

Parmi la foule lors de cette rencontre se trouvait l'attaquant de l'Isothermic Keven Veilleux. Il s'agissait d'un retour pour lui au Colisée après s'être fait sectionner le poignet lors du match du 20 février.

Opéré vendredi dernier, les nouvelles ne sont pas aussi bonnes qu'il ne l'aurait espéré.

«Je croyais que j'aurais peut-être deux ou trois tendons de touché, mais c'est neuf, ainsi que deux nerfs. J'aurai six mois de convalescence et je commencerai la physiothérapie dans trois semaines.»

Les docteurs ne lui ont pas caché qu'il devra redoubler d'ardeur s'il espère faire un retour au jeu la saison prochaine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer