Jeux du Québec: une olympienne comme modèle

Passionnée par le ski de fond depuis déjà... (Photo: Stéphane Lessard)

Agrandir

Passionnée par le ski de fond depuis déjà 10 ans, Florence Despins a le privilège de compter sur l'appui indéfectible et les précieux conseils de sa mère, Marie-Andrée Masson, qui a participé aux Jeux de Calgary de 1988 dans cette discipline.

Photo: Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Si Florence Despins est si à l'aise sur ses skis de fond, c'est qu'elle pratique ce sport depuis 10 ans déjà. Le fait que sa mère - et entraîneure au club Mauriski - Marie-Andrée Masson soit une ancienne olympienne dans cette discipline ne nuit certainement pas au développement de cette trifluvienne de 15 ans!

«Ça fait encore plus longtemps que je suis dans ce sport. Avant de pouvoir commencer à en faire, j'étais déjà plongée dedans puisque j'étais assise dans le traîneau à l'arrière de ma mère!», rigole la fondeuse.

Bien au fait de la brillante carrière de sa mère qui a participé aux Jeux olympiques de Calgary en 1988 en plus de faire partie de l'équipe nationale de ski de fond pendant 11 ans, Florence Despins se réjouit de pouvoir bénéficier sur ses précieux conseils.

«Avec toute l'expérience qu'elle a, je sais qu'elle comprend bien ce que ça représente faire une course en ski de fond et que ses commentaires seront constructifs. En plus, elle est un très bon modèle à suivre. Je sais à quel point elle s'est rendue loin et je comprends tout le travail qu'elle a dû faire pour y arriver», reconnaît-elle.

En plus de compter sur sa mère au quotidien, si jamais la fondeuse de 15 ans veut obtenir l'avis d'un autre fondeur olympien, Florence n'aura pas à fouiller bien longtemps. Son oncle, Alain Masson, a lui aussi participé aux Jeux de 1988 ainsi qu'à ceux d'Albertville en 1992 en ski de fond en plus de faire partie de l'équipe de cyclisme en 1984 à Los Angeles. Aujourd'hui, ce dernier dirige l'équipe de ski de fond du Yukon.

«Je le croise parfois dans des compétitions et ça me donne l'occasion de lui demander quelques conseils», dit la fondeuse du club Mauriski.

Évidemment, fière de voir sa progéniture s'épanouir dans la même discipline qui lui a permis de visiter le globe, Marie-Andrée Masson se fait un devoir de ne pas mettre une pression indue sur sa fille. Elle semble d'ailleurs avoir une préférence pour son rôle de mère plutôt que celui d'entraîneure lorsqu'il est question de Florence.

«Ma fille me voit plus comme sa mère qu'autre chose. On essaie de trouver un juste équilibre entre le ski et la famille. Tout ce que je souhaite, et je lui répète souvent, c'est qu'elle ait du plaisir à faire du ski de fond. Si jamais ça ne la motive plus, elle fera autre chose», souligne l'olympienne de 51 ans qui avait notamment terminé 9e au relais 4x5 km, 27e au 20 km et 37e au 10 km des Jeux de Calgary.

Lorsqu'elle jette un coup d'oeil à la carrière sportive de sa mère - dont certains souvenirs sont exposés dans une pièce de la maison - Florence regorge de fierté et se met même à rêver... un peu.

Toutefois, les Jeux olympiques sont très loin dans son esprit présentement. Elle profite plutôt de chaque instant passé sur la piste, sans voir trop loin. «Éventuellement, si je fais de bons résultats, ça pourrait m'intéresser. Pour l'instant, je suis très contente avec mes résultats, ici au Québec.»

Une deuxième finale provinciale

Ce week-end à Drummondville, Florence Despins participera à sa deuxième Finale des Jeux du Québec, soit une participation de plus que sa mère qui avait remporté l'or à l'édition de 1978 présentée à Amos. Contrairement à sa fille, Marie-Andrée Masson en était à ses débuts en ski de fond au moment de participer à la finale provinciale.

«Le sport a beaucoup changé. Ça commence beaucoup plus jeune. Moi, j'ai commencé à 14 ans et demi et c'était beaucoup moins difficile être sélectionné pour les Jeux. Florence skie depuis 10 ans, elle est donc en avance sur moi en plus d'être plus calme et plus ordonnée que je pouvais l'être à l'époque», concède-t-elle.

Sixième à l'épreuve de 2,5 kilomètres et quatrième en équipe aux Jeux de Saguenay en 2013 chez les midgets, la fondeuse trifluvienne souhaite parvenir à se faufiler dans le top 10 des épreuves individuelles juvéniles ainsi que dans le top 5 au relais alors qu'elle sera jumelée à Léa Domingue.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer