Les Patriotes se paient les Redmen d'entrée de jeu

Les Patriotes ont eu le dernier mot face... (Photo: Courtoisie Benjamin Meunier)

Agrandir

Les Patriotes ont eu le dernier mot face aux Redmen lors du premier match de la série 2 de 3. McGill tentera d'enlever le sourire aux lèvres des Trifluviens ce samedi lors du deuxième match de la série.

Photo: Courtoisie Benjamin Meunier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste

(Montréal) Ça fait un bail que les Patriotes n'ont pas éliminé les Redmen de McGill. La dernière victoire de l'UQTR en séries dans l'antre des Montréalais remontait aussi à quelques années. Pour la première fois depuis mars 2005, les Trifluviens ont disposé de leurs éternels rivaux à l'Aréna McConnell, mercredi, en vertu d'un gain de 3-0.

Oui, le gardien Francis Desrosiers était en grande forme. À plusieurs reprises, il a eu à se signaler et à chaque fois, les Redmen sont revenus au banc bredouilles. Un phénomène plutôt rare lorsqu'ils évoluent à domicile.

«Je me sentais bien avant et pendant la partie», racontait l'un des héros de cette bataille épique, dont l'épisode deux se déroulera au Colisée de Trois-Rivières samedi.

«On a joué du bon hockey dernièrement et il faut continuer en ce sens. Je peux vous dire que devant moi, les gars ont fourni tout un effort.»

Desrosiers vise juste. Les Patriotes ont offert une vive opposition aux hommes en rouge. La première période a notamment été riche en rebondissements, même si le pointage demeurait de 0-0. Les quelques 500 spectateurs présents dans le vétuste et froid aréna en avaient pour leur argent.

La partie d'échecs --- ou le combat de boxe si vous préférez - s'est poursuivie au deuxième engagement, au cours duquel les Patriotes ont pris les choses en main. Carl-Antoine Delisle a ouvert la marque sur un tir de pénalité, déjouant habilement Jacob Gervais-Chouinard.

Sur la séquence précédente, le défenseur Francis Lambert-Lemay avait commis une faute en faisant trébucher Delisle, mais ce dernier a néanmoins été en mesure de tirer sur le gardien. L'appel des officiels a donc souri aux Patriotes.

Quelques minutes plus tard, après une série de beaux arrêts de Desrosiers, l'action s'est transportée en territoire adverse, où Delisle a repéré Marc-Olivier Mimar, seul devant Gervais-Chouinard. À 2-0, c'était la consternation dans les gradins.

Mais Mimar n'avait pas terminé son travail. Avec environ une minute à écouler au cadran, il trouvait de nouveau le fond du filet, cette fois en avantage numérique. Il enfilait ainsi son cinquième but en autant de matchs, lui qui totalise neuf points depuis le lancement des hostilités.

Les Patriotes ont fermé le jeu en troisième, permettant à leur cerbère de réaliser le jeu blanc. «C'est un travail d'équipe, s'est contenté de répondre l'homme masqué. On doit y aller un match à la fois.»

Cette sagesse plaira sans doute à l'entraîneur-chef Marc-Étienne Hubert, qui peut être fier de la discipline de ses troupiers. Dans un environnement hostile, ils ont joué un match parfait pour une équipe campant le rôle des visiteurs. L'objectif consistera maintenant à déplacer cette énergie positive au Colisée.

«On a joué une première période impeccable. Alors qu'ils livraient leurs meilleurs moments du match en deuxième, nous avons réussi à les assommer avec le deuxième but. C'est sans parler de notre désavantage numérique, extraordinaire ce soir. Quant à Francis, il nous a inspirés grâce à son calme.»

Hubert sait bien que le sentiment d'urgence de ses rivaux augmentera pour leur visite en Mauricie. «C'est à nous de nous préparer avec le même niveau. On s'attend à tout. Face à Carleton samedi dernier, nous avons été labourés en première période! Il ne faut pas que ce scénario se produise à nouveau.»

Dans l'autre vestiaire, Kelly Nobes était pas mal moins loquace. «Nous n'avons pas été assez bons, et ce dans tous les aspects du jeu. On n'a pas patiné et la rondelle ne se retrouvait jamais au bon endroit. Vrai que nous sommes incommodés par les blessures en défense, mais ça ne peut pas tout expliquer.»

La suite promet. Chose certaine, les Patriotes contrôlent leur destinée.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer