Sport-études aux Estacades: 25 années dignement célébrées

:Il y avait quelques invités de marque, hier... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

:Il y avait quelques invités de marque, hier à l'Académie les Estacades, pour souligner les 25 ans du programme Sport-études. Le journaliste de RDS Luc Gélinas (à droite) a animé la soirée. On le voit ici en compagnie de l'ex-gardien et analyste des matchs du Canadien, Marc Denis.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) L'ambiance était à la fête lundi à l'Académie les Estacades. Non seulement soulignait-on les 25 ans du Sport-études, on en profitait aussi pour célébrer le 30e anniversaire de la mise en place des premiers programmes par le gouvernement du Québec.

Les Estacades avaient confié l'animation de cette soirée de retrouvailles à Luc Gélinas, originaire de Saint-Boniface. Le journaliste du Réseau des sports a accueilli sur le plateau l'ex-gardien Marc Denis, le maire de Trois-Rivières Yves Lévesque ainsi que l'entraîneur des Olympiques de Gatineau Benoît Groulx qui, malgré la controverse secouant son équipe junior, s'était déplacé en Mauricie.

Le joueur du Canadien Michaël Bournival, le directeur-gérant des Voltigeurs de Drummondville Dominic Ricard, de même que l'entraîneur adjoint avec l'Avalanche du Colorado, André Tourigny - tous des anciens Estacades -, ont pris la parole pendant la soirée par le biais de la vidéo afin de souligner les liens les unissant à l'institution.

Le milieu politique, le ministre de l'Éducation Yves Bolduc en tête, était également bien représenté. Le directeur général de Hockey Québec Sylvain Lalonde se joignait au groupe, à l'instar de plusieurs anciens porte-couleurs des Estacades midget AAA. Bon nombre d'entraîneurs de diverses disciplines du programme Sport-études participaient à la soirée.

Bref, le temps était aux retrouvailles, mais aussi au bilan. Un bilan somme toute satisfaisant, s'il faut en croire les propos des divers intervenants.

Yves Bolduc a ainsi rappelé qu'en 2015, 47 écoles dans la province offrent le Sport-études à leurs élèves. Le taux de décrochage y est pratiquement inexistant (3 % contre 15 % pour la moyenne québécoise) et le modèle semble faire des jaloux d'un océan à l'autre. «Nous sommes cités en exemple partout au pays. J'ai eu la chance de le constater aux Jeux du Canada, où le Québec domine», a lancé le ministre, provoquant les applaudissements.

De son côté, le collègue de Luc Gélinas à RDS, l'analyste des matchs du Canadien Marc Denis, a proposé à l'auditoire un petit voyage dans le temps, lors de sa seule saison (1993-94) chez les Estacades. Sa présence a été appréciée du comité organisateur mené par Luce Mongrain, le Tricolore disputant la victoire aux Blues ce soir à St. Louis. «Pour une fois, Marc prendra un vol commercial, comme les autres journalistes couvrant les activités de l'équipe!» a lancé Gélinas.

Vantant l'autonomie qu'il a su développer à Trois-Rivières, Marc Denis a aussi rappelé ses débuts dans la formation midget, comme il en avait déjà témoigné dans Le Nouvelliste il y a deux semaines. Son meilleur entraîneur à vie? «Le coach que j'ai eu ici, Alain Groleau!» Et le pire? «Disons John Tortorella...»

Yves Lévesque et Benoît Groulx ont quant à eux parlé de persévérance, le premier magistrat citant son fils Mathieu, qui a vaincu la leucémie et qui étudie aujourd'hui en médecine. Le maire s'est dit bien fier de miser sur une famille de sportifs, dont les gênes s'apparentent souvent à ceux des entrepreneurs, des gens «qui n'ont pas peur de foncer».

Le pilote d'Équipe Canada junior 2015 a poursuivi en parlant de Brayden Point, ce jeune hockeyeur de l'Ouest ayant défié la logique pour se tailler une place avec le club aux derniers Mondiaux. Groulx, qui s'est investi comme bénévole il y a quelques années dans un programme Sport-études à Gatineau, n'a pas oublié de mentionner avant le début de la présentation que plusieurs bonnes têtes de hockey étaient passées par les Estacades, dont René Perron, Gilles Bouchard, Claude Bouchard et Tourigny.

Le mot de la fin revenait à Sylvain Lalonde. «Le Sport-études hockey au Québec, ça représente 1400 personnes. On a doublé nos chiffres en quatre ans, nous sommes passés à 80 programmes. On ne se fera pas d'histoire, les 7500 clubs de hockey ne seront pas tous dans les écoles demain matin, mais le Sport-études vient en aide aux programmes élites. C'est quelque chose qu'on doit souligner.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer