Victoria Eymard a épaté la galerie aux Jeux du Canada

Victoria Eymard... (Photo: Courtoisie)

Agrandir

Victoria Eymard

Photo: Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Victoria Eymard a mis un terme à une semaine inoubliable, dimanche, en recevant une ovation au beau milieu de la patinoire du Colisée Pepsi, en plein Tournoi international pee-wee de Québec, et ce, devant des milliers d'amateurs.

Cette ovation, la jeune femme de 17 ans et quelques unes des hockeyeuses habitant la région de la Capitale-Nationale la méritaient bien. Représentant la Belle Province aux Jeux du Canada, les filles ont brillamment répondu à la pression en remportant le premier titre de l'histoire du Québec à la compétition. La Trifluvienne Eymard faisait donc partie de cet alignement qui passera à l'histoire, autant pour cette médaille d'or que pour la fiche immaculée (6-0).

«C'est génial de voir les gens se rallier à la cause du hockey féminin. Habituellement, on entend parler de nous aux Jeux olympiques, mais sinon, c'est assez tranquille. Ça fait changement et nous en sommes très fières», sourit la porte-couleurs des Titans du Cégep Limoilou, efficace dans son rôle de défenseure à Prince George.

En plus de faire preuve d'étanchéité face aux meilleures attaquantes des autres provinces du pays, Eymard a enfilé l'aiguille à quatre reprises aux Jeux. Ses quatre buts ont été inscrits en avantage numérique. C'est elle qui a ouvert le bal contre l'Ontario, vendredi, en donnant l'avance au Québec 1-0, tôt en troisième période.

«J'ai lancé de derrière le but et la rondelle a trouvé son chemin. Je capotais!»

Tenaces, les Ontariennes ont répliqué à trois minutes de la fin de l'engagement. Nullement secouées, les Québécoises sont rentrées au vestiaire en sachant que ce match leur appartenait. Elles ne se trompaient pas. «On a eu de la difficulté dans notre zone au début de la prolongation, mais une pénalité a été appelée à l'Ontario. On savait que ce serait la chance de notre vie.»

Eymard était sur la patinoire quand Audrey Belzile a mis fin aux hostilités. En fait, Belzile a récupéré une rondelle lancée par Eymard, de la pointe. Aucun doute, l'ancienne joueuse des Rafales de la Mauricie aura été au centre de l'action du début à la fin, comme en témoignent ses cinq points en six rencontres.

Et l'étape suivante?

De son propre aveu, Victoria Eymard a su se mettre dans une position avantageuse aux Jeux du Canada. Son physique ainsi que son sens du hockey pourraient lui permettre de recevoir avant longtemps un coup de fil de Hockey Canada. «Le camp d'évaluation de l'équipe féminine en mai, c'est un objectif que je me suis fixé. J'ai toujours rêvé de jouer pour Équipe Canada.»

En tout cas, elle a tout fait pour attirer les réflecteurs sur elle à Prince George.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer