Hockey mineur: pénalisés par des erreurs administratives

Les joueurs de l'Xtrême de Grand-Mère devront choisir... (Photo: Courtoisie)

Agrandir

Les joueurs de l'Xtrême de Grand-Mère devront choisir entre les séries éliminatoires ou leur tournoi à Coaticook.

Photo: Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Deux équipes de hockey mineur de la région se retrouvent devant un choix déchirant à l'aube des séries éliminatoires en raison d'une succession d'erreurs administratives et une obstination à ne pas vouloir régulariser la situation.

Inscrites au Tournoi midget de Coaticook, du 25 février au 1er mars, les formations de l'Xtrême de Grand-Mère et des Olympiens de Shawinigan-Sud doivent également amorcer leurs séries éliminatoires en même temps. Le problème, c'est que ces inscriptions n'auraient jamais dû être approuvées, à la base, par le registraire local et ensuite par celui de Hockey Mauricie.

Comme les responsables ont erré à chaque niveau décisionnel, les équipes se retrouvent donc avec un épineux dossier à gérer. «Je ne veux pas savoir qui est le coupable dans tout ça. Moi, je ne veux juste pas que les jeunes soient pénalisés. C'était leur seul tournoi à l'extérieur de la saison et ils ont très hâte d'y aller. On s'est fait dire oui pour jouer dans le tournoi donc on ne devrait pas pénaliser les jeunes», déplore l'entraîneur de l'Xtrême, Luc Vézina, impliqué dans le hockey mineur depuis 26 ans.

À titre d'exemple, pour l'Xtrême, son premier match à Coaticook est prévu le vendredi 27 février en soirée tandis que ses séries commencent le lendemain à 11 h... quelque 250 kilomètres plus loin à Saint-Marc-des-Carrières. De plus, advenant une victoire à Coaticook, il y aurait un conflit d'horaires entre les deux événements le samedi en matinée. «Ça veut dire qu'on doit faire exprès pour perdre si on ne veut pas que nos matchs soient en même temps», ironise Vézina, tout en soulignant l'importante distance entre les deux arénas. L'entraîneur a beau avoir demandé que son match des séries soit déplacé dans la grille-horaire, il a dû se contenter d'un refus.

Si jamais elles décident de faire faux-bond à leur premier match des séries, une amende de 200 $ - accompagnée d'une suspension pouvant varier entre un mois et un an pour l'entraîneur - attend l'équipe. Dans le cas inverse, si les responsables décident de faire une croix sur le tournoi, ce sont les 500 $ de l'inscription qui sont jetés par les fenêtres en plus des réservations pour les chambres d'hôtel. Encore-là, la facture s'annonce salée.

Coincé au milieu de tout ça, l'entraîneur de l'Xtrême n'a pas l'intention de trancher le débat seul. «Je vais m'en remettre à la décision des parents», dit Vézina.

Du côté de Hockey Mauricie, on insiste sur le fait que les dates des séries éliminatoires sont dévoilées avant même le début de la saison, justement pour éviter les conflits d'horaires. «Cette règle n'est pas nouvelle. Il y a quelqu'un à Grand-Mère et à Shawinigan-Sud qui n'a pas fait son travail. Les présidents locaux savent le règlement et n'auraient pas dû permettre aux équipes de s'inscrire», dit le président André Ricard, sans vouloir remettre la faute au registraire de Hockey Mauricie qui doit gérer «une quantité importante d'inscriptions en comparaison avec le registraire local».

Lorsque questionné à savoir s'il était possible que les horaires des séries éliminatoires soient remodelés pour accommoder les deux équipes embourbées dans cette problématique, Ricard répond par la négative. «Il y a des règlements et ils sont là pour être respectés. C'est désolant pour tout le monde et je comprends la situation, Mais on ne peut pas se mettre à accorder des permissions à chaque fois que quelqu'un déroge à la règle.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer