• Le Nouvelliste > 
  • Sports 
  • > Patriotes et Ravens s'affrontent pour une quatrième fois en cinq ans 

Patriotes et Ravens s'affrontent pour une quatrième fois en cinq ans

Tommy Tremblay et Pierre-Olivier Morin avaient inscrit les... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Tommy Tremblay et Pierre-Olivier Morin avaient inscrit les deux buts des Patriotes dans la victoire en quatrième prolongation contre les Ravens lors du match décisif des séries 2013.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Trois-Rivières) La dernière fois que les Patriotes de l'UQTR et les Ravens de l'Université Carleton se sont affrontés en séries, 114 minutes de jeu avaient été nécessaires pour départager les deux équipes avant que Pierre-Olivier Morin ne propulse les Trifluviens au Championnat canadien universitaire lors de la quatrième période de prolongation du match décisif de la finale de l'Est.

Cette séquence historique occupera certainement les pensées des vétérans des deux organisations qui en viendront aux prises pour une quatrième fois en cinq ans en séries. «C'est le match le plus marquant de ma carrière universitaire», se souvient le capitaine Tommy Tremblay.

Évidemment, les joueurs des Patriotes hésitent à se qualifier en tant que bête noire des Ravens, préférant rappeler que chacun des trois derniers affrontements en séries a été âprement disputé.

La réalité demeure néanmoins que les Trifluviens ont éliminé Carleton trois printemps consécutifs et, à chaque occasion, un troisième match a été nécessaire. Si en 2011, les Patriotes se sont débarrassés de leurs rivaux 4-0 dans le match décisif, la prolongation a été nécessaire en 2012 - un but vainqueur signé Pierre-Alexandre Joncas - et l'épique duel de 2013 s'est conclu en quatrième prolongation depuis la lame de bâton de Morin.

Encore une fois cette année, les deux formations s'attendent donc à une série éreintante et très serrée. Toutefois, contrairement aux duels précédents, ce sont les Ravens qui auront l'avantage de la glace.

«La victoire de 2013, c'est un beau souvenir. Mais ça ne change absolument rien qu'on ait gagné il y a deux ans. Tout repart à zéro pour cette série», prévient Morin.

«Oui, on a eu le dessus sur eux, mais ce sont des séries qui auraient pu virer des deux bords, tellement c'est serré», renchérit Billy Lacasse.

Si les Ravens misent sur une attaque plus diversifiée que par le passée, les Patriotes devront néanmoins surveiller de près le trio de Damian Cross, Michael McNamee et Joe Pleckaitis qui a enfilé 10 des 18 buts gagnants cette saison pour Carleton.

«Ils ont un très bon duo de gardiens et sont capables de marquer beaucoup de buts. Les Ravens ont une équipe bien équilibrée qui travaille très fort. D'un autre côté, on a confiance en notre équipe et on sait ce qu'on peut faire», mentionne l'entraîneur Marc-Étienne Hubert qui sera privé des services de Tommy Giroux (pour le reste des séries) et Félix Plouffe (au jour le jour).

Pour le vétéran Lacasse, le défi est alléchant. «Ça va être une série plus serrée en défensive que contre les Lakers (de Nipissing). On va absolument devoir limiter les chances, surtout celles de la première ligne», mentionne l'attaquant qui s'attend à voir beaucoup d'action contre les meilleurs éléments adverses.

«La page est tournée»

Dans le camp des Ravens, on assure avoir tiré un trait sur le revers crève-coeur de 2013 et ne souffrir d'aucun complexe envers les Patriotes. «La page est tournée. L'an passé, on a connu une grosse année en participant au championnat canadien. Cette année, c'est une nouvelle année et on a de grandes attentes», mentionne l'entraîneur Marty Johnston.

Peu de choses séparent les deux équipes cette saison comme en témoigne leur récolte de 41 points pendant le calendrier régulier. Ce n'est d'ailleurs qu'une petite victoire de plus qui a permis aux Ravens d'obtenir l'avantage de la glace.

«On affronte une équipe très talentueuse. On va devoir être à notre meilleur et on va avoir besoin de tout le monde. Ce n'est pas un seul trio qui va donner la victoire à une équipe ou l'autre. Le calibre de jeu sera très relevé», a indiqué l'entraîneur des Ravens, soulignant que son équipe était sortie quelque peu amochée de son affrontement avec les Ridgebacks de l'Institut universitaire de technologie de l'Ontario.

Johnston s'est toutefois bien gardé de divulguer quels joueurs pourraient manquer à l'appel pour le premier match qui aura lieu jeudi soir dès 19 h à Ottawa.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer