Pas de place pour l'erreur pour les Patriotes

L'entraîneur-chef Marc-Étienne Hubert et le capitaine des Patriotes,... (Photo: François Gervais Le Nouvelliste)

Agrandir

L'entraîneur-chef Marc-Étienne Hubert et le capitaine des Patriotes, Tommy Tremblay, se méfient des Lakers de Nipissing, au premier tour des séries éliminatoires.

Photo: François Gervais Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Il est maintenant temps de passer aux choses sérieuses pour les Patriotes de l'UQTR, qui feront face aux Lakers de Nipissing en première ronde des éliminatoires dès mercredi soir. L'entraîneur Marc-Étienne Hubert a toutefois reçu une brique sur la tête il y a quelques jours.

Samedi, dans un match où les Golden Gaels de Queen's ont eu le dessus 4-3 en fusillade contre les Trifluviens, Hubert a perdu les services de celui qui occupait alors le quatrième rang des pointeurs des sports universitaires de l'Ontario, Tommy Giroux. Blessé au genou sur un jeu accidentel, on ne le reverra que l'an prochain.

«Ça commence à ressembler à l'an dernier», lance le pilote, qui avait été privé de quatre joueurs clés lors du printemps 2014.

La bonne nouvelle, c'est qu'au même moment où Giroux déclarait forfait, les Patriotes retrouvaient Pierre-Olivier Morin, qui, malgré la rouille, a récolté trois points à ses trois matchs en fin de saison après son retour de blessure.

«C'est là que la profondeur va être importante. Il a fallu bouger nos trios, mais le retour de Morin a permis de compenser. Il n'y a pas de trio coulé dans le béton. Nous allons utiliser nos joueurs qui performent sous la pression.»

L'UQTR retrouvera aussi son défenseur numéro un en Martin Lefebvre, qui n'a joué qu'un seul match, face à McGill, depuis le 28 novembre.

Même s'il n'a disputé que 11 matchs cette saison, Francis Desrosiers obtiendra le départ dans le filet, ses performances en fin de campagne ayant éclipsé celles de Guillaume Nadeau. Hubert a toutefois gardé la porte ouverte à utiliser son vétéran si nécessaire en séries.

Une rivalité naissante

Ils ne se sont vus que deux fois, mais les amateurs ont eu droit à deux duels serrés et physiques entre les Lakers et les Patriotes cette saison.

«Les deux matchs ont mal fini. Il y a eu du grabuge, on nous a craché dans la face. Ça joue de façon très virile au hockey universitaire.»

Les deux formations avaient d'ailleurs croisé le fer en première ronde des séries il y a deux ans, un duel remporté en deux parties par les Trifluviens lors duquel plusieurs joueurs en étaient venus aux coups au terme du deuxième affrontement. Un défenseur des Lakers, Brett Cook, avait alors frappé un juge de ligne, entraînant une suspension à vie. Tommy Tremblay, qui en est à sa quatrième année chez les Patriotes, s'attend encore une fois à une confrontation physique.

«Ils ont une bonne équipe qui travaille fort et qui est capable d'apporter de l'énergie. C'est un club fatigant et de séries. C'est un beau défi. Habituellement, en première ronde, on espère seulement ne pas subir de blessure. Mais ce n'est pas le cas cette année.»

C'est ainsi que les Trifluviens ont pris la route de North Bay pour ce premier match de ce deux de trois. Il n'y a pas de place à l'erreur des deux côtés, mais encore plus pour Nipissing selon l'entraîneur Mike McParland, qui compte 14 recrues dans sa formation.

«Trois-Rivières a plus de talent que nous et nous allons avoir besoin d'une bonne performance de notre gardien et de ne pas donner de revirements. Nous avons besoin de la victoire (ce soir), parce qu'aller à Trois-Rivières et en gagner deux, ce n'est presque pas réaliste. Peut-être que nous pouvons en gagner une, mais deux, j'en doute.»

Hubert n'est toutefois pas de cet avis, soulignant que les Lakers sont en mesure de causer la surprise et qu'il serait très imprudent de lever le pied.

«Sauf pour le Collège militaire royal, tous les clubs peuvent surprendre. Laurentienne a battu Carleton, Queen's nous a battus. Le classement, c'est une chose, mais dans un 2 de 3, il n'y a aucune équipe à prendre à la légère.»

Les Patriotes tenteront de retrouver leurs airs du début de saison, puisque la fin du calendrier n'a pas été des plus faciles avec trois défaites en six matchs. Une certaine cassure semble s'être produite après un voyage de deux matchs à Thunder Bay face à Lakehead.

«Le match contre Concordia nous a fait mal. Nous n'avons pas disputé notre meilleur hockey pendant deux matchs, avec celui contre McGill, mais depuis, je suis satisfait de la façon dont nous avons joué», conclut-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer