L'hiver ne freine pas Bergeron-Larouche

Sarah Bergeron-Larouche est aussi à l'aise avec des... (Photo: Courtoisie)

Agrandir

Sarah Bergeron-Larouche est aussi à l'aise avec des raquettes qu'avec des souliers de course.

Photo: Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Sarah Bergeron-Larouche n'est pas du genre à se réfugier sur un tapis roulant pendant la saison hivernale. Non, l'adepte de cross-country des Patriotes de l'UQTR préfère le grand air aux salles de gym!

La jeune femme a remporté, la fin de semaine dernière à Québec, le Championnat du monde de raquette, qui se déroulait dans le cadre du Pentathlon des neiges sur les plaines d'Abraham.

Elle avait déjà gagné le rendez-vous de 2014, désigné à l'époque comme le Défi raquette. Il s'agit donc de sa deuxième victoire en autant de présences à la compétition.

«Je ne prends pas ce titre de championne mondiale avec trop de sérieux. Ce n'est pas une discipline olympique et comme moi, les athlètes qui y prennent part font souvent d'autres sports. Mais oui, ça reste un bel honneur», sourit l'étudiante de deuxième année en chiropratique.

«L'avantage avec l'hiver pour nous, à la course, c'est qu'on peut varier nos activités sportives. L'été et l'automne, c'est beaucoup plus sérieux.»

Dimanche, toujours dans la Vieille capitale, Bergeron-Larouche s'élancera sur la ligne de départ du Triathlon d'hiver. Présenté pour la première fois l'an dernier, ce nouveau format de compétition de l'Union internationale de triathlon inclut trois volets: la raquette (5 km), le patin (11 km) et le ski de fond (9 km), pour un grand total de 25 km.

Bergeron-Larouche se retrouve dans la catégorie Élite, aux côtés d'athlètes comme Claude Godbout, une biathlète membre de l'équipe nationale canadienne. La championne américaine de raquette Amber Ferreira, une «dame de fer» (Ironman), sera aussi présente. La porte-couleurs des Patriotes, une vedette montante, s'attend à une grande opposition.

«J'ai déjà fait du ski de fond de haut niveau, c'est un peu comme un retour en arrière pour moi. Et ça promet!»

À noter que le Trifluvien Sébastien Bolduc (Élite) et Fernand Caron (70 ans et plus) devraient également participer à ce triathlon d'hiver.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer