Tous contre le BigFoot

Les séries éliminatoires de la LHSAM ont donné... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Les séries éliminatoires de la LHSAM ont donné droit à des finales identiques au cours des deux dernières années, entre le Bellemare de Louiseville et le BigFoot de Saint-Léonard-d'Aston. Que nous réserve donc 2015?

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Trois-Rivières) Est-ce que l'adage jamais deux sans trois se matérialisera cette saison dans la Ligue senior A de la Mauricie? C'est ce qu'espère le BigFoot de Saint-Léonard-d'Aston, qui tentera de remporter son troisième titre de suite.

Les champions en titre semblent encore une fois en bonne position pour répéter, eux qui ont terminé au deuxième rang du classement, devancés d'un seul point par l'équipe qui a dû s'avouer vaincue lors des deux dernières finales, le Bellemare de Louiseville.

Nouveauté cette année, la première ronde sera sous le format 4 de 7.

Bellemare de Louiseville (1) vs Condor de Saint-Cyrille (8)

Un duel qui, sur papier, a des allures de David contre Goliath. Le Condor n'a signé que trois victoires cette saison en 20 parties, récoltant 24 points de moins que le Bellemare. Mais le dernier match de la saison a donné à l'entraîneur Danny Frost une mince lueur d'espoir, puisque ses hommes se sont inclinés 3-2 en fusillade contre le BigFoot.

«Lorsque j'ai eu une formation complète sous la main cette saison, nous avons été en mesure de compétitionner», dit l'entraîneur à propos de la difficulté au point de vue du recrutement qu'a connue la formation d'expansion.

«C'est une grosse commande et nous allons tenter de faire face à la musique. En séries, le cadran revient à zéro et tout peut arriver. On se sait négligés, mais ça s'est vu dans le passé.»

Dans le camp adverse, Jonathan Lessard ne compte pas reposer ses troupiers après un championnat de saison.

«Notre optique à Louiseville était de terminer au premier rang pour avoir l'avantage de la glace durant toutes les séries. Peu importe l'équipe que nous affrontons, nous ne changerons pas notre système de jeu et notre plan de match.»

BigFoot de Saint-Léonard-d'Aston (2) vs Barons du Cap-de-la-Madeleine (7)

Ainsi, le BigFoot tentera l'exploit de remporter trois titres de suite et ce chemin s'amorcera ce soir au Centre-du-Québec. La pression est-elle sur la troupe de Sébastien Vouligny dans un tel contexte? Le pilote croit que non.

«S'il y a de la pression, c'est nous qui nous nous la mettons. C'est sûr que nous sommes attendus dans la ligue avec l'expression jamais deux sans trois et les joueurs ont le désir de réussir.»

Les départs de Pierrick Martel et Maxime Lecours ayant été comblés par Maxime Charette, Olivier Damphousse et Guillaume Pelletier, le BigFoot montre encore cette année une stabilité avec plusieurs joueurs se connaissant très bien, tout ça avec l'un des meilleurs portiers de la ligue, Vincent Lamontagne, devant le filet.

Chez les Barons, la saison a été décevante, avec cinq défaites en prolongation et un changement d'état-major. Les hommes de Germain Majeau tenteront de causer une surprise d'entrée de jeu ce soir, mais devront se débrouiller sans leur meilleur marqueur, David Poulin, lors de ce premier match.

«Il faudra utiliser la robustesse parce qu'ils ont une équipe avec une vitesse incroyable. Ils ont une très belle organisation mais je pense que nous sommes capables de leur tenir tête», analyse Majeau.

Les deux équipes se sont affrontées la semaine dernière, une victoire sans équivoque de Saint-Léonard 7-2.

«Ça nous a permis de faire certaines constatations. J'ai maintenant un job à faire et c'est de trouver des solutions», conclut le pilote madelinois.

Lafrenière Tracteurs de Sainte-Anne-de-la-Pérade (3) vs Tomahawk de Donnacona (6)

Le marché de Sainte-Anne vient de connaître sa meilleure saison de hockey avec la montée au classement du Lafrenière Tracteurs. Menée par Tommy Gauthier, l'équipe est non seulement troisième, mais a remporté ses quatre matchs contre le Tomahawk, qu'elle affrontera ce soir.

«Notre pire ennemi, c'est nous. Ce qu'on ne veut pas, c'est que les gars pensent à ça. C'est une nouvelle saison et on sait que dans les séries, on a vu des équipes de bas de classement finir en finale», rappelle Gauthier, qui pourra compter sur Nicolas Boucher et Simon Rochette.

La série s'annonce relevée en intensité puisque les deux équipes partagent une rivalité territoriale. Luc Thibault promet de faire les ajustements nécessaires pour le Tomahawk, particulièrement en défensive.

«On le sait que nous avons le rôle de négligés et on aime ça à l'aube des séries, martèle l'entraîneur. Ils sont rapides et il faudra les ralentir. Les Savoie (Stéphane et Sébastien), ça pourrait jouer au niveau supérieur. Il faut changer de stratégie.»

JRP de Saint-Marc-des-Carrières (4) vs Blizzard de Saint-Gabriel-de-Brandon (5)

Les amateurs auront droit à la renaissance d'une rivalité qui a fait couler beaucoup d'encre il y a quelques années entre le JRP et le Blizzard. Malgré le départ de l'équipe de Saint-Marc pendant une année, ainsi que le fait qu'ils ne se sont pas affrontés lors des séries du printemps dernier, la poussière ne semble pas être entièrement retombée.

«Je m'attends à une série très longue. Ça va être dur, ça va être chien, ça va être sale, c'est ça du hockey de séries. Ils ont changé pas mal de joueurs, mais on les haït autant qu'avant avec leurs chandails jaunes», lance le chef d'orchestre du Blizzard, Pierre-Luc Payette.

Dans le camp adverse, l'aspect physique s'est avéré plus difficile cette année, puisque des hommes forts comme Cédric Fafard et Philippe Pépin sont tombés au combat. Le pilote Jean-François Dufour semblait d'ailleurs déçu de voir la réponse des amateurs au guichet.

«L'aspect spectacle n'a pas été ce à quoi les gens s'attendaient, mais il y a des choses qu'on ne contrôle pas. Au final, ça reste du hockey et il y a eu des commentaires personnels envers des gens qui mettent beaucoup d'efforts et de stress dans cette équipe. Quand je vois 200 personnes dans les estrades, c'est dommage pour l'organisation.»

Dufour s'attend effectivement à devoir jouer des épaules avec le Blizzard, mais il pourra compter sur le meilleur marqueur de la ligue, Félix Lefrançois, pour agiter les cordages. «Je l'ai dirigé à Charlevoix. En séries, il élève son jeu d'un cran.»

À Saint-Gabriel, on a longtemps été habitué de voir les frères Roch à l'oeuvre, mais cette année, ce sont les frérots Guillaume et Olivier Donovan qui ont tiré leur épingle du jeu. «Les Roch nous amènent de l'intensité, les Donovan, de la finesse», termine Payette.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer