Ayotte revient du Texas comblé

Le secondeur Tchad Ayotte (à gauche) a vécu...

Agrandir

Le secondeur Tchad Ayotte (à gauche) a vécu à Arlington une expérience qu'il n'est pas prêt d'oublier. Le Trifluvien a participé activement à la victoire des Canadiens contre les Américains, lors du International Bowl, vendredi dernier. On le voit ici en compagnie d'un autre Québécois, Kean Harelimana, du Collège Vanier.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Tchad Ayotte est rentré au Québec samedi, quelques heures avant le début du match le plus important de l'année dans la NFL, avec des souvenirs plein la tête. Aussi bien dire que le jeune homme de Trois-Rivières a vécu sa propre finale du Super Bowl, la semaine dernière au Texas, où il a eu l'honneur de défendre le Canada dans le cadre de l'International Bowl.

La compétition, réservée aux meilleurs espoirs de moins de 18 ans du pays, a permis à Ayotte et ses coéquipiers de vivre des moments qu'ils ne sont pas prêts d'oublier. Comme battre une formation américaine de leur groupe d'âge, par exemple. Et dans l'antre des Cowboys de Dallas, le fameux AT&T Stadium de surcroît! «Quand tu foules le terrain et que tu aperçois le plus gros tableau indicateur du monde, c'est spécial! Ils ont présenté les deux formations comme ils le font pour un match professionnel. C'était fou de voir mon nom à l'écran!»

L'ancien secondeur des Estacades, aujourd'hui un porte-couleurs du Collège Notre-Dame-de-Foy, a évolué pendant toute la rencontre comme partant sur l'unité défensive des Canadiens. Ses entraîneurs ont d'ailleurs eu de bons mots pour lui.

«J'ai quelques nouveaux amis Facebook depuis samedi, dont les coachs de l'Ontario, rigole l'adolescent de 17 ans. Je suis autant fier de ma performance individuelle que celle collective.»

Et pour cause. Nos représentants ont vaincu des Américains un peu éberlués par la marque de 25-9, devant environ 2500 personnes. Ces derniers avaient probablement pris leurs adversaires un peu à la légère, estime Ayotte, auteur de cinq plaqués dans la rencontre.

«Toute la semaine, on a assimilé un cahier de jeux assez compliqué afin d'offrir la meilleure prestation possible. En arrivant sur le terrain pour le match par contre, on avait l'impression que les gars de l'autre côté nous prenaient pour des deux de pique! C'est à croire qu'ils pensaient qu'on ne savait pas jouer! Nous avons donc changé notre plan de match et ç'a rapporté. Les têtes étaient basses dans leur camp! Le plus étonnant dans cette victoire, c'est que nous n'avions même pas eu la chance de nous entraîner avec nos casques avant le mercredi. C'est dire à quel point nous étions motivés.»

Il s'agissait de la deuxième défaite de suite des États-Unis devant leurs rivaux du nord dans la catégorie des U18. «Je ne pouvais demander mieux comme semaine de football! Je reviens ici avec une grande expérience. J'ai appris de nouveaux jeux, entre autres de l'Ontario.»

Ayotte n'exclut pas de poursuivre sa carrière universitaire dans la province voisine, lorsqu'il aura terminé ses études collégiales. «Mais c'est encore loin», prévient celui qui se concentrera désormais à sa préparation en vue de sa deuxième saison avec le Notre-Dame.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer