Le gérant de l'équipement du Canadien honoré en Mauricie

Pierre Gervais (au centre) a été honoré par... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Pierre Gervais (au centre) a été honoré par la Corporation Sport-hommage Mauricie pour avoir atteint le plateau des 2500 matchs dans la LNH en tant que gérant de l'équipement du Canadien de Montréal. On l'aperçoit en compagnie de Réal Lajoie, vice-président de la Corporation, et André Beauchesne, président.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) C'est la tête bondée de souvenirs que Pierre Gervais a posé les pieds dans l'ancien vestiaire des Draveurs de Trois-Rivières, lundi, pour la première fois depuis qu'il a quitté la cité de Laviolette, en 1980. Entre ces mêmes quatre murs où tout a commencé.

Aujourd'hui décoré aux couleurs des Patriotes de l'UQTR, l'endroit n'a pratiquement pas été modifié au cours des 34 dernières années, à la grande surprise du gérant d'équipement du Canadien de Montréal.

«Ça n'a pas changé beaucoup, à part les couleurs!», a laissé tomber, un peu incrédule, le Trifluvien qui était honoré lundi par la Corporation Sport-hommage Mauricie pour l'atteinte du plateau des 2500 matchs dans la Ligue nationale de hockey.

À la blague, il s'est rappelé de l'odeur qui flottait sous les gradins du Colisée de Trois-Rivières au printemps 1979.

«Ça sent encore le champagne de quand on a gagné la Coupe du Président! Je me rappelle très bien de cette victoire-là! Je me souviens aussi des crises de Michel Bergeron quand les choses ne fonctionnaient pas à son goût», a-t-il lancé, avant d'ajouter sur une note plus sérieuse qu'il espérait fortement que le hockey junior revive à Trois-Rivières.

Lundi, une rencontre aussi impromptue qu'heureuse attendait Pierre Gervais dans les anciennes installations des Draveurs, soit Normand Beaudry, son ancien patron à ses premiers pas dans le monde du hockey qui travaille aujourd'hui avec les Patriotes.

Après deux saisons à apprendre les rudiments du métier, Gervais avait ensuite été référé par Beaudry aux Castors de Sherbrooke, où il a oeuvré dans les rangs juniors et dans la Ligue américaine avant de faire le saut avec le grand club en 1987.

Un job de rêve

Trente-six ans après avoir «achalé» Michel Bergeron pour donner un coup de main dans l'entourage des Draveurs, Gervais conserve toujours la même passion pour son métier. «Quand j'ai commencé, je n'avais aucune idée que j'allais gagner ma vie avec ça un jour. Je faisais simplement vivre mon rêve», dit l'homme de 53 ans qui compte une Coupe Stanley, trois médailles d'or olympiques et une Coupe du monde à son palmarès. «J'espère bien pouvoir me rendre à 3000 matchs», souhaite-t-il.

Si la Coupe Stanley de 1993 et les sacres olympiques de Salt Lake City, Vancouver et Sotchi demeurent gravés dans sa mémoire à jamais, Gervais garde une place bien particulière dans son coeur pour la soirée où Saku Koivu est revenu au jeu après son combat contre le cancer, le 9 avril 2002. «J'ai toujours été très près de Saku. C'est moi qui suis allé le chercher à l'aéroport la première fois qu'il est débarqué à Montréal. Quand il a fait son retour, alors que personne ne pensait qu'il allait rejouer au hockey, c'était incroyable», se rappelle celui qui a tissé au fil des ans des précieuses relations avec Koivu, Joé Juneau et Brian Savage, entre autres.

Cet été, Pierre Gervais va certainement passer quelques jours à Trois-Rivières puisqu'en plus de recevoir une plaque commémorative pour ses 2500 matchs dans la LNH, il a été invité par les Aigles de la Ligue Can-Am à effectuer le lancer protocolaire d'avant-match. L'organisation du Grand Prix de Trois-Rivières a également tendu une perche au Trifluvien en l'invitant à venir assister aux compétitions de l'édition 2015.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer