LHJMQ: «Une capitale régionale, ça ne peut pas tout avoir»

Le maire de Shawinigan, Michel Angers, promet que... (Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste)

Agrandir

Le maire de Shawinigan, Michel Angers, promet que le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, le retrouvera sur son chemin s'il pousse plus loin son désir de réinstaller du hockey junior dans la cité de Laviolette.

Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Michel Angers n'a pas aimé apprendre que les Cataractes allaient bientôt être privés du droit de veto territorial qui leur permettaient de régner sans partage sur la Mauricie. Dans la même foulée, le maire de Shawinigan aimerait sentir plus d'unité régionale, et promet qu'Yves Lévesque le retrouvera sur son chemin s'il pousse plus loin son désir de réinstaller du hockey junior à Trois-Rivières.

«Le droit de veto va disparaître en raison d'une plainte anonyme douteuse, logée au Bureau de la concurrence. On sait pas mal d'où ça vient, et que ça ne respecte pas tellement les règles élémentaires de bonne conduite», lance Angers.

«Au moins, le nouveau mécanisme en place va tout de même protéger nos Cataractes. Notre équipe n'est pas la seule à opérer dans un marché fragile, elle a assurément des appuis autour de la table. Heureusement! Car deux clubs juniors en Mauricie, à une époque où le dollar-loisir est de plus en dur à aller chercher, c'est une très mauvaise idée. Les deux clubs souffriraient.»

Le maire de Shawinigan aimerait au contraire sentir une plus grande solidarité mauricienne autour de la franchise shawiniganaise.

«On a une bande de gens d'affaires de coeur, de chez nous, qui travaillent fort pour garder à flots la plus vieille concession de la Ligue. On a prouvé avec la Coupe Memorial qu'on pouvait organiser de grandes choses, on l'a prouvé à nouveau la semaine dernière avec la Classique hivernale. Ce sont ces gens qui ont pris un autre risque pour mettre sur pied une première Classique hivernale dans la LHJMQ, ils méritent plus d'appuis. On devrait voir ce dossier, et l'ensemble des dossiers sous un angle régional, et tous se donner la main. Trois-Rivières est en train de construire un amphithéâtre, nos citoyens vont certainement y aller. Pourquoi l'inverse n'est pas vrai? Une capitale régionale, ça ne peut pas tout avoir, ce n'est pas comme ça que ça fonctionne», martèle Angers.

Ce dernier n'a jamais abordé la question directement avec son homologue trifluvien. Un pas qu'il pourrait franchir si Lévesque continue à mousser la candidature de sa ville dans les cercles de la LHJMQ.

«Si les gens derrière un éventuel projet d'un retour du hockey junior à Trois-Rivières ne se soucient pas de ce qui va arriver aux Cataractes, qu'ils veulent une équipe même si ça peut provoquer la disparition de la nôtre afin de se regarder le nombril, je ne resterai pas les bras croisés! Je ne sais pas si Yves Lévesque a un agenda caché mais je sais qu'il veut construire un Colisée de 5000 places avec des loges... Et je sais aussi que Trois-Rivières a une équipe championne qui s'appelle les Patriotes, et qu'il y a également du senior et la Ligue nord-américaine, et qu'il ne semble pas y avoir un grand engouement! Les Cataractes sont quant à eux appuyés par des amateurs de partout en région, et la vérité, c'est qu'ils n'ont pas les moyens d'en perdre quelques centaines en divisant le produit. Alors un projet qui se ferait au détriment de quelque chose qui fonctionne bien, c'est un non sans équivoque», répète-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer