Daylen Pepin décroche le titre canadien en boxe juvénile

Daylen Pepin a remporté son premier titre canadien... (Photo: Boxe Canada)

Agrandir

Daylen Pepin a remporté son premier titre canadien samedi, face à Clovis Déry.

Photo: Boxe Canada

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Trois-Rivières) Seulement deux ans après avoir foulé le sol du Club Performance pour la première fois, Daylen Pepin peut dire mission accomplie. Il a été sacré champion canadien juvénile de boxe chez les moins de 54 kg samedi à Québec.

Pepin avait la lourde tâche d'affronter le champion québécois, Clovis Déry, qui l'avait d'ailleurs vaincu lors des Gants dorés en juin pour remporter ce titre. Mais le Trifluvien avait eu le meilleur sur cet adversaire lors des qualifications pour le Championnat canadien.Encore une fois, Pepin ne l'a pas eu facile, et le premier round a été âprement disputé entre les deux pugilistes.

«Honnêtement, le premier round, je le donnais à l'autre, indique l'entraîneur du Trifluvien, Jimmy Boisvert. Mais le deuxième a été gagné par Daylen et le troisième a été une domination. Il n'y avait pas de doute.»

Le jeune homme de 15 ans s'est dit surpris d'avoir pu atteindre son adversaire aussi fréquemment.

«Il était grand, je ne pensais pas le toucher aussi souvent que ça. Ç'a mieux été que je pensais. Au premier round, je surveillais ce qu'il faisait et comment il boxait, pour pouvoir par la suite placer mes attaques.»

Cette victoire témoigne de la progression qu'a connue l'adolescent lors des derniers mois, et le meilleur est à venir.

«Il y a un an, jamais je n'aurais pensé me rendre-là. J'ai beaucoup changé ma manière de m'entraîner et j'ai mis beaucoup d'heures au gym à écouter Jimmy.»

L'instructeur espère maintenant que son poulain sera en mesure de rejoindre le programme sport-études de l'Académie Les Estacades, ce qui lui permettrait de travailler son art encore plus fréquemment.

«On pourrait se voir le matin, mais le soir aussi, parce qu'il est sérieux. Ça lui permettrait de doubler son rythme d'entraînement. C'est un bon prospect. François Pratte l'aime bien et il en prend soin au gymnase. Il lui a dit qu'à 15 ans, il est en avance sur bien du monde», conclut Boisvert.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer