Indrik Trahan s'attaque aux Mondiaux

Indrik Trahan... (Courtoisie)

Agrandir

Indrik Trahan

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Quelques jours après avoir atterri en Europe, où il a pris part à une épreuve de la Coupe du monde ainsi qu'à un camp d'entraînement, Indrik Trahan se prépare pour les Championnats mondiaux de surf de neige, qui s'amorcent jeudi en Autriche.

À l'instar de nombreux planchistes, le Trifluvien a été victime des caprices de la météo en novembre, lorsque des épreuves de la Coupe Nor-Am ont été annulées au Colorado. Ne se laissant pas démoraliser, il a pris avantage de ce changement pour se concentrer sur l'entraînement et ses études. Il affiche aujourd'hui une belle confiance et estime avoir les capacités pour réussir un top-16 en slalom. «J'ai profité des mauvaises conditions pour terminer ma session d'études et passer du temps en famille. Par contre, ça ne veut pas dire que je délaisse mon sport. Je crois toujours que je pourrai être en mesure de me qualifier pour la ronde des 16.»

L'épreuve de Bad Gastein, le 9 janvier, ne s'est pas déroulée comme il l'avait anticipé. Il a pris le 41e rang au slalom en parallèle. «Malheureusement, pour la première fois en carrière, j'ai opté pour une autre tactique. Je n'ai pas pris assez de risques. Mais je me dis que des courses comme celles-là, c'est mieux que ça survienne en 2015, année post-olympique. J'ai enfin terminé mon cégep, je peux passer à une autre étape.»

L'autre étape, ce serait évidemment de connaître du succès sur le circuit de la Coupe du monde ou dans les autres événements prestigieux, comme les Mondiaux par exemple. «Mes occupations scolaires ne me permettront pas de faire toutes les Coupes du monde et de m'entraîner avec la même assiduité que d'autres planchistes, mais j'ai confiance en mes capacités.»

À ce chapitre, la visualisation peut constituer un aspect déterminant, juge-t-il. Il en a une preuve éloquente dans son entourage. «Ça peut être aussi utile que la pratique. Jasey Jay Anderson a terminé troisième à Carezza avec aucun entraînement! Avec les milliers de portes franchies au courant de notre carrière, on est supposé savoir comment tourner! C'est souvent entre les deux oreilles qu'on détermine un vainqueur.»

Trahan s'attaquera donc aux Mondiaux en compagnie du reste de l'équipe canadienne. L'entraîneur des gars, Patrik Gaudet, connaît bien Trahan, son mentor lorsqu'il pratique au Québec.

Plusieurs athlètes ont également quitté l'équipe après Sotchi. Aujourd'hui, Trahan se retrouve aux côtés d'Anderson, Sébastien Beaulieu et Darren Gardner. «Nous sommes tissés serrés. Chacun amène sa philosophie du sport, cela crée des discussions constructives afin qu'on puisse éventuellement se classer parmi les meilleurs en tant qu'équipe.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer