Sport-hommage: Tommy Grenier, coup de coeur du jury

Tommy Grenier a été le lauréat du prix... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Tommy Grenier a été le lauréat du prix Coup de coeur. Sur la photo, on le voit avec avec sa mère Linda Grenier, Marie-Josée Laferté de Trois-Rivières Chevrolet et Louis Vanasse, membre du jury de sélection.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Shawinigan) Chaque année, la catégorie Coup de coeur du gala Sport-hommage vise à célébrer un athlète dont l'exploit dépasse les médailles, les chronomètres et les podiums. En 2014, Tommy Grenier aura vu les nombreuses journées passées à l'hôpital, en réadaptation et dans un canot porter leurs fruits.

Paralysé du bas du corps à la suite d'un accident d'avion qui lui a presque coûté la vie en 2012, le

Shawiniganais a redoublé d'ardeur pour aujourd'hui être capable de marcher à l'aide de béquilles. L'été dernier, il s'est mis en tête de participer à la Classique internationale de canots de la Mauricie en compagnie de Jennifer Parke.

Malgré plusieurs difficultés à l'entraînement, dont de nombreuses chutes dans la rivière Saint-Maurice, il s'est présenté à la ligne de départ le 4 septembre dernier à La Tuque. La descente vers Trois-Rivières aura été difficile, mais il a atteint son objectif de terminer l'épreuve.

Grenier ne savait pas qu'il aurait droit aux honneurs avant de se présenter à l'événement. C'est donc en chandail de sport et en jeans qu'il s'est présenté à Espace Shawinigan. La foule n'a pas hésité à se lever d'un trait pour l'applaudir lorsque son nom a été prononcé.

«Ça fait chaud de voir que les gens se sont levés pour moi, a-t-il souligné, essoufflé après avoir marché jusqu'à la scène. Avec la Classique, j'ai appris que la détermination mène à tout. J'avais un handicap et je n'avais jamais fait de canot. Il y en a plusieurs qui m'ont dit que c'était plus difficile que je pensais, que j'allais chavirer, surtout qu'à toutes les courses du mercredi, on chavirait. Mais on a mis les heures nécessaires et on a été capables.»

Grenier promet de poursuivre son expérience en canot et ne ferme pas la porte à se lancer dans d'autres disciplines. «J'ai toujours été quelqu'un qui faisait du sport, je jouais au hockey. Je n'ai plus la capacité physique avec mes jambes et j'ai dû trouver autre chose. J'ai maintenant un sport qui va rester et ça aurait pu être un autre. Il n'y a pas de limites.»

Partager

À lire aussi

  • Sport-hommage: le canoë-kayak à l'honneur

    Sports

    Sport-hommage: le canoë-kayak à l'honneur

    Il aura dû attendre 14 ans, mais Gabriel Beauchesne-Sévigny a enfin été exaucé.  Il a remporté son premier Desjardins samedi soir et ce dans la... »

  • Qui veut des billets du GP3R?

    Sports

    Qui veut des billets du GP3R?

    Un tirage qui a eu lieu durant l'événement a donné lieu au moment le plus cocasse de la soirée, alors qu'une paire de billets pour le Grand Prix de... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer