Le Blizzard perd Gélinas

Marco Cousineau a assuré le Blizzard qu'il serait... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Marco Cousineau a assuré le Blizzard qu'il serait davantage disponible d'ici la fin de la saison.

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Steve Turcotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Mauvaise nouvelle pour le Blizzard Cloutier Nord-Sud, l'équipe devra se passer de Marc-Antoine Gélinas pour le reste de la saison et des séries.

Le gardien s'est blessé sérieusement lors d'un accident de VTT ce week-end et il aura besoin d'une convalescence d'au moins quatre mois avant de chausser les patins à nouveau. «Il a subi des fractures au tibia et au péroné, on va devoir se passer de lui pour un très long délai. C'est plate mais les blessures, ce n'est pas un facteur qu'on peut contrôler», racontait le directeur-gérant Sylvain Robert.

La perte de Gélinas a obligé le Blizzard à questionner Marco Cousineau sur son degré d'engagement envers l'équipe. Le portier vedette a raté quelques matchs récemment, puisqu'il travaille dans le déneigement. «C'est sûr que la perte de Gélinas change les données. On a eu une bonne discussion avec Marco, il nous a assurés qu'il serait disponible pour tous nos matchs importants. On veut terminer parmi les quatre premiers, on a besoin de lui. Il y aussi François Lacerte qui est dans le portrait, lui que nous avons acquis récemment. Il a un peu d'expérience dans la ligue, c'est un gars en mesure de faire le travail. On n'est pas mal pris.»

Reste que le Blizzard va quand même explorer le marché des transactions d'ici à la date limite le 20 janvier pour voir s'il peut améliorer l'équipe, entre les poteaux comme ailleurs sur la surface de jeu. La dernière performance de l'équipe à domicile vendredi a laissé un goût amer dans la bouche de Robert. «Nos partisans n'étaient pas contents et ils ont raison, c'était un match très terne. Il y a eu des discussions à l'interne, la commande est claire, il faut livrer la marchandise sur la glace. Dans les autres rayons, on a fait nos devoirs: on a de beaux uniformes, une belle mascotte, des promotions, etc. Mais ça prend aussi de l'émotion sur la glace», tranche Robert. «Dans cette optique, c'est clair qu'on regarde ce qu'il y a de disponible. On discute avec deux-trois équipes, on va voir si ces pourparlers vont aboutir. Pour l'instant, c'est un peu difficile, notre équipe ne performe pas à notre goût, les autres équipes nous voient venir! Mais il reste quand même pas mal de temps, bien des choses peuvent se passer d'ici au 20 janvier», conclut Robert.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer