Les Patriotes à l'étroit contre Ryerson

Marc-Étienne Hubert... (Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste)

Agrandir

Marc-Étienne Hubert

Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Les Patriotes de l'UQTR ont amorcé l'année 2015 du bon pied en obtenant une victoire émotive de 3-1 sur les Redmen de McGill dimanche dernier. Les Trifluviens tenteront maintenant d'éviter le piège qui suit habituellement un gain de cette ampleur alors qu'ils accueilleront vendredi soir les Rams de Ryerson sur la petite patinoire de l'aréna Claude-Mongrain.

«C'est un couteau à double tranchant une victoire de la sorte face à McGill. Le match suivant est toujours plus difficile et il faudra être capable d'apporter la même intensité et la même émotion. Serons-nous aussi concentrés et aussi bons dans notre exécution? C'est à suivre...», lance le pilote Marc-Étienne Hubert d'entrée de jeu.

La dernière sortie des Patriotes sur la petite glace voisine du Colisée remonte à la saison dernière, un match physique face aux Lions de York, qui avaient presque causé la surprise, avant de voir l'UQTR l'emporter de justesse. S'il était déçu au terme de la rencontre, avec le recul, Hubert a su trouver une explication pour la performance en demi-teinte de sa troupe.

«Toute la semaine, nous n'avions pas accès à la glace, alors nous avions dû pratiquer à 7 h trois fois. Lorsque nous avons sauté sur la glace pour la partie, les gars étaient couchés le reste de la semaine. C'est normal que nous ayons eu des difficultés.»

Les Rams de Ryerson connaissent une saison légèrement plus difficile que celle de l'année dernière, eux qui apparaissent au quatrième rang de la division Ouest des Sports universitaires de l'Ontario. Il faut dire que la campagne 2013-2014 était la meilleure de leur histoire. La perte de Jamie Wise au profit des IceHogs de Rockford, club-école dans la Ligue américaine des Blackhawks de Chicago, a fait mal. Mais parions que son entraîneur chez les Rams était bien heureux de le voir graduer, puisqu'il s'agit de son père, Graham Wise, qui dirige dans la ligue depuis 28 ans.

«Les Rams sont bien dirigés par un entraîneur qui a du millage et qui a été impliqué avec Hockey Canada, rappelle Hubert. Entre la glace du Colisée et celle de l'autre côté, il n'y a pas beaucoup de différence en taille, mais il n'y a pas de baie vitrée d'un côté. Ce ne sera pas le temps de se compliquer la vie.»

De nouveaux visages... et des départs

Il y a quelques nouveaux noms apposés au-dessus des casiers du vestiaire des Patriotes en ce retour d'année. L'arrivée de Jérémy Beaudry de la ECHL et de l'ancien des Cataractes Alex Filiatrault, remis de son opération à l'épaule, a apporté un vent de fraîcheur à la ligne bleue trifluvienne, qui doit déjà se débrouiller sans Martin Lefebvre, blessé au doigt.

«Ç'a énormément stabilisé la défensive. Olivier D'Aoust nous avait rendu de bons services à l'arrière, mais c'est un attaquant. Les gars viennent de tomber dans leur chaise, alors que plusieurs se retrouvaient avant en dehors de leur rôle.»

L'arrivée de ces deux recrues a entraîné le départ de Danick Malouin, alors qu'Olivier Dallaire et l'équipe ont décidé de prendre des avenues différentes. Celui-ci ne chômera pas, et devrait enfiler le chandail du Blizzard de Trois-Rivières de la LNAH dans les prochains jours.

Hubert devra toutefois continuer de patienter avant de pouvoir compter sur le Trifluvien Pierre-Olivier Morin, toujours embêté par une commotion cérébrale. Celui-ci a recommencé à pratiquer, ce qui pourrait permettre un retour d'ici quelques semaines. Morin n'a joué qu'un match cette saison.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer