Éric Bédard déménage à Calgary

L'Université de Calgary misera sur l'expertise d'Éric Bédard,...

Agrandir

L'Université de Calgary misera sur l'expertise d'Éric Bédard, qui a roulé sa bosse en tant qu'athlète et entraîneur au cours des 20 dernières années.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Éric Bédard déménagera en Alberta d'ici quelques semaines. Celui qui a dirigé, ces dernières années, les équipes nationales de l'Allemagne, de l'Italie et de la France en patinage de vitesse courte piste a accepté un poste de direction à l'Ovale olympique de Calgary.

Le Thèclois assumera le rôle de responsable de la portion courte piste de ce méga-complexe intégré à l'Université de Calgary, le même site qui a servi pendant les Jeux olympiques de 1988.

La nouvelle a été confirmée lundi matin par le directeur général Yves Hamelin, mais Bédard était au courant depuis la semaine dernière. Il devient ainsi un employé du campus et non de la fédération nationale. Au pays, deux centres d'excellence gèrent les activités des meilleurs patineurs en courte piste: l'aréna Maurice-Richard de Montréal et l'Ovale de Calgary.

La mission d'Éric Bédard consistera notamment à attirer la crème des équipes internationales en Alberta pour la tenue de camps d'entraînement. Élever le niveau de compétition dans cette partie du Canada s'avère aussi un intéressant défi qui l'a motivé à faire ses valises.

«Le développement des juniors et le mentorat avec les entraîneurs des différents clubs s'inscrivent également dans mes nouvelles tâches», expliquait lundi le quadruple médaillé olympique dans une entrevue au Nouvelliste.

Ses fonctions sont rattachées au département de kinésiologie de l'Université. La glace de courte piste est entourée par l'anneau de longue piste et jouxte une autre patinoire, qui sert entre autres à l'équipe de hockey des Dinos dans le circuit universitaire.

«De mon bureau, j'aurai une très belle vue sur tout ce qui se passe à l'Ovale. C'est un défi très motivant. Plusieurs bons athlètes s'entraînant à Montréal sont originaires de l'Ouest canadien. L'objectif n'est pas de jouer dans les plates-bandes de Montréal. Au contraire, on travaille en parallèle. Nous sommes des alliés de Patinage de vitesse Canada, des partenaires pour la cause olympique.»

La plus rapide au monde

Réputée pour être l'une des plus rapides au monde, la glace de Calgary devrait constituer le terrain de jeu rêvé pour le Mauricien. «Elle nous appartient, on peut l'exploiter au maximum. Plusieurs records ont été enregistrés ici et nous avons plein de spécialistes à portée de main. Les projets de recherche, j'en vois déjà quelques uns qui pourraient être très intéressants!»

Or, après cinq participations à des Jeux olympiques comme athlète ou entraîneur et environ 20 ans sur le circuit de la Coupe du monde, Éric Bédard est confiant de pouvoir faire progresser son sport dans l'Ouest canadien, un endroit d'abord réputé pour le longue piste. «Parvenir au deuxième étage d'une organisation, c'était un souhait que je caressais depuis longtemps. Mon expérience en Europe sera bénéfique à ce chapitre», estime l'entraîneur de niveau 5 du Programme national de certification (PNCE).

Compagnon de longue date

Dans la métropole albertaine, il retrouvera un complice de longue date en la personne de Marcel Lacroix, responsable du volet longue piste. Avec Yves Hamelin aux commandes, ce trio de Québécois aura une bonne charge de travail. Bédard, lui, retrouve une sécurité d'emploi, lui qui avait quitté l'équipe nationale française en octobre en raison de différends avec la fédération de l'endroit.

«Je ne pouvais pas mieux tomber. Ç'a été difficile de quitter l'Europe dans les conditions qu'on connaît, mais je rejoins à Calgary un groupe que je connais bien. Marcel, il m'a entraîné lors de mon stage à Rivière-du-Loup en 1992. Quelques années plus tard, il était notre coach à Nagano!»

À Trois-Rivières en janvier

Avant de prendre l'avion le mois prochain, Bédard assistera au Championnat canadien junior, au Complexe sportif Alphonse-Desjardins de Trois-Rivières. Cette compétition servira de sélection en vue des Mondiaux, prévus au Japon au printemps. «Ce sera une belle occasion de voir notre relève et, déjà, de préparer le terrain pour mon nouvel emploi.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer