Martin Gélinas parmi les immortels de la LHJMQ

Martin Gélinas collectionne les honneurs depuis quelques années.... (Photo: Le Droit)

Agrandir

Martin Gélinas collectionne les honneurs depuis quelques années. En 2012, il a notamment vu son maillot être retiré par les Olympiques.

Photo: Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steve Turcotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Martin Gélinas aura deux occasions plutôt qu'une de se rappeler de bons souvenirs en 2015. En plus de son adhésion au Temple de la renommée sportive de la Mauricie en janvier, l'ex-joueur de la LNH verra les portes du Temple de la renommée de la LHJMQ s'ouvrir devant lui lors d'une cérémonie le 8 avril dans la métropole, en marge du gala des Rondelles d'Or.

Le passage du Shawiniganais au sein du circuit Courteau aura été aussi bref que percutant. En deux saisons avec les Olympiques de Hull, entre 1987 et 1989, ce choix de première ronde a amassé 208 points en saison régulière, ajoutant 42 autres points en séries, un total précis de 250 points en seulement 132 rencontres junior majeur. Il a enregistré 10 matchs de trois buts avec les Olympiques.

Nommé recrue de l'année au Canada à sa première année dans la ligue, Gélinas a aidé les Olympiques à soulever la Coupe du Président au printemps 1988, en terminant au deuxième rang des pointeurs de l'équipe avec 33 points, soit 15 buts et 18 passes. Cette feuille de route a séduit les Kings de Los Angeles, qui l'ont repêché au premier tour mais qui l'ont ensuite cédé, quelques semaines plus tard, aux Oilers d'Edmonton dans la célèbre transaction impliquant Wayne Gretky.

Gélinas a participé au championnat du monde junior en 1989 avant de faire le saut, l'automne suivant, dans la LNH à 19 ans. Il aura disputé 1273 matchs dans la meilleure ligue sur la planète, amassant 660 points avec sept équipes différentes. Il a aussi bu dans la coupe Stanley avec les Oilers en 1990. Celui qui a également participé à trois autres finales durant sa carrière seconde maintenant Bob Hartley à Calgary. 

Un choix sûr pour Charlie Henry

«Le petit gars du barbier mérite ça à 100 %, de se retrouver au Temple de la Renommée de la LHJMQ», lance Charlie Henry, l'ex-patron des Olympiques. 

«Il a tout un parcours. Autant dans le junior que dans la LNH, il a toujours très bien représenté les Olympiques. Et tous ces succès ne l'ont jamais changé, il est très gentil avec tout le monde. Le succès monte à la tête de certaines personnes, mais ça n'a jamais été le cas avec Martin. Lui, c'est tout un gentleman!»

Henry se souvient encore très bien des circonstances qui l'ont mené à investir son premier choix sur Gélinas. «Il y avait 4-5 bons joueurs qui nous intéressaient, Martin n'était pas classé le premier à l'époque mais j'aimais son éthique de travail et comment il était solide sur patins.» 

«Je me souviens avoir eu à l'époque une conversation avec Claude Ruel, dépisteur du Canadien, sur les candidats potentiels que nous avions identifiés, en avouant ma préférence pour Martin. Il m'avait répondu que je ne me tromperais pas en le sélectionnant et il avait eu raison!»

«Quand j'avais rencontré sa famille, elle espérait le voir jouer plus près de la maison mais après un bon meeting, j'avais réussi à les convaincre que la meilleure place pour se développer, c'était chez nous!»

Une menace offensive constante

Dès ses premiers coups de patin avec les Olympiques, Gélinas a su s'imposer. Assez pour que le pilote Alain Vigneault lui fasse une place très rapidement dans son groupe d'attaquants chargés des missions offensives les plus importantes.

«Je me souviens de nos discussions, certains se demandaient comment nos vétérans allaient réagir si on lui faisait une place sur le jeu de puissance en partant. J'avais rappelé à Alain que le talent n'avait pas d'âge, en l'encourageant dans cette voie. Alain l'aimait beaucoup, il lui a donné cette opportunité et il ne l'a jamais regretté.»

Avec Vigneault de son bord, Gélinas s'est occupé du reste. «Je suis tombé à la bonne place, au bon moment. C'était le scénario parfait pour moi, avec l'un sinon le meilleur entraîneur de la ligue. Il m'a donné la chance de jouer avec des vétérans comme Benoît Brunet et Marc Saumier et tout s'est mis naturellement sur les rails», sourit Gélinas, qui se dit surpris d'avoir été choisi.

«Je n'ai pas joué très longtemps dans la ligue, alors je ne m'attendais pas à un tel honneur! Par contre, je n'ai que de bons souvenirs associés à cette période de ma vie. Notamment la conquête la Coupe du Président, le premier gros trophée que j'ai gagné dans ma vie», ajoute celui dont le numéro 20 est perché dans les hauteurs du mythique aréna Robert-Guertin depuis 2012. «Une soirée dont je vais me souvenir longtemps!»

Martin Brodeur, Michel Therrien et  Billy Campbell feront aussi partie de la cuvée 2015. De plus, dans le cadre du 20e anniversaire du Temple de la renommée, la LHJMQ va honorer pour la première fois un membre de sa grande famille à titre posthume, soit l'ex-président Jean Rougeau. «C'est un honneur pour moi d'être reçu en même temps que ces gens-là», conclut Gélinas.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer