Le Canadien inspiré, Bournival rouillé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steve Turcotte
Le Nouvelliste

L'hommage rendu à Jean Béliveau avant le match face aux Canucks a frappé dans le mille. C'était à la fois court et émouvant, et ç'a permis aux joueurs avec le maillot tricolore d'être transportés par l'émotion du moment. Résultat, la performance livrée par les hommes de Michel Therrien était inspirée et elle a permis à l'équipe de renverser les coriaces Canucks, transformés depuis qu'ils ont été sortis des griffes de John Tortorella.

À son premier match depuis qu'il s'est désabonné de l'infirmerie, Michaël Bournival n'a pas mal paru. Enfin, il avait son énergie habituelle, et sa rapidité a bien servi ses nouveaux compagnons de trios David Desharnais et Pierre-Alexandre Parenteau. Par contre, le Shawiniganais paraissait un peu rouillé au chapitre de l'exécution, il a échappé quelques rondelles le long des rampes et il a été incapable de saisir une chance de marquer offerte par Desharnais alors qu'il se trouvait dans l'enclave. S'il veut s'installer parmi le groupe des neuf meilleurs attaquants du club, il doit trouver une façon d'être plus efficace en zone offensive. Quand le train passe, il faut se débrouiller pour sauter dedans!

C'est exactement ce qu'a fait pour un deuxième match de suite Sven Andrighetto. Le petit Suisse a servi une passe parfaite à Tomas Plekanec en fin de match, une scène qui a mené au but gagnant quelques secondes plus tard. À ses premiers pas dans la grande ligue, Andrighetto, élevé dans le junior sous les ordres du Nicolétain André Tourigny, n'est pas intimidé du tout lorsqu'il a la rondelle au bout de la palette. Avec quelques éléments offensifs - notamment David Desharnais - qui en arrachent depuis quelques matchs, la contribution d'Andrighetto arrive pile.

Un mot en terminant sur le match d'Alex Galchenuyk, enfin utilisé durant un match complet à sa position naturelle de joueur de centre. Il a été électrisant! S'il tarde à noircir la feuille de pointage, son talent crève les yeux. Marc Bergevin devrait s'empresser de le signer à long terme comme il l'a fait avec Brendan Gallagher, avant qu'il n'explose...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer