Les Diablos en lendemain de veille

Les 22 points de Frédéricke Laflamme durant la... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Les 22 points de Frédéricke Laflamme durant la fin de semaine n'auront pas été suffisants pour les Diablos, qui ont subi deux défaites.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Trois-Rivières) De toute évidence, la formation de basketball division 1 des Diablos du Cégep de Trois-Rivières avait tout laissé sur le parquet vendredi dans une défaite honorable de 82-74 contre les Nomades de Montmorency. Le réservoir était vide, dimanche à Saint-Lambert, alors qu'elles se sont inclinées par la marque de 60-48.

Ce qui est le plus décevant de cette défaite, aux yeux de l'entraîneur Faisal Docter, c'est le faible nombre de points marqués par sa troupe. Difficile de comprendre comment son équipe a pu en réussir 74 contre le meilleure formation au Canada, avant d'en enfiler seulement 48 contre les Cavaliers, qui étaient derrière elles au classement.

«Durant le match, on a vu un manque de concentration et de la fatigue. Les filles y allaient de jeux individuels et forcés. C'était les mêmes problèmes que (lors de la défaite) contre John-Abbott, mais pas au même point. Nous avons donné une avance au deuxième quart et on a rapidement vu que les filles étaient brûlées.»

Docter ne cache pas qu'il craignait cette deuxième rencontre de la fin de semaine contre un programme de qualité, et que la semaine de préparation ne serait probablement pas suffisante. «On était en lendemain de veille de vendredi soir. On ne peut pas contrôler l'horaire et la grosse question pour nous était: est-ce qu'on se concentre sur Saint-Lambert ou on pense à «Momo» aussi. Ça aurait été impossible de se concentrer seulement sur Saint-Lambert avec toute l'ambiance qui précédait le match contre Montmorency.»

Frédéricke Laflamme a réussi 11 points dans cette rencontre, un de plus qu'Alexe Dufresne.

Les Diablos se retrouvent avec un dossier de 4-4 alors qu'elles entrent dans la pause du temps des Fêtes. Pas une mauvaise fiche, mais qui pourrait être meilleure, puisque le pilote estime que sa formation a tout le talent nécessaire pour compétitionner avec les meilleures équipes de la division 1. «Nous sommes bien placés pour être dans les séries. Nous ne sommes pas loin de nos attentes, même s'il y a un match qu'on sait qu'on a échappé qu'on aurait pas dû.»

Celui-ci prend d'ailleurs une partie du blâme pour les baisses d'intensité de ses protégées, qui ont parfois dévié du plan de match.

«On ne peut pas continuer à décider quel soir on veut jouer. C'est inacceptable, et moi, comme coach, je dois mieux gérer ce problème et faire un meilleur boulot pour leur transmettre le message. Ce n'est pas un manque de talent. Le coach, comme les filles, on doit se regarder dans le miroir et se demander comment nous pouvons faire mieux. Ce n'est pas seulement le travail des filles, c'est le mien aussi», a-t-il conclu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer