Le jour de la marmotte pour le Blizzard?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Vendredi dernier, les Éperviers de Sorel-Tracy se sont pointés au Colisée de Trois-Rivières pour venir y chercher un gain facile de 7-4 face au Blizzard Cloutier Nord-Sud. Alain Côté et ses hommes tenteront d'éviter le jour de la marmotte vendredi soir, alors que les deux équipes croiseront de nouveau le fer une semaine plus tard.

«C'est sûr et certain que les gars seront prêts. Ils ont encore la défaite de la semaine passée sur le coeur. Ils ne l'ont pas digérée. Nous l'avions dit que si nous perdions le match, ça allait être notre faute. C'est ce qui s'est passé, et il ne faut pas que ça se reproduise», souligne Côté.

Les joueurs du Blizzard ont eu amplement le temps de réfléchir à leurs deux défaites de la fin de semaine dernière, mais particulièrement à leur performance fade contre les Éperviers, qui sont repartis du Colisée sans même s'être sali les épaules.

«Les joueurs se sont parlé dans le blanc des yeux, et même dans le bleu, le brun, le noir, tout ce que tu veux. En plus, c'est la seule partie de la fin de semaine. On ne peut pas l'échapper parce qu'on va s'éloigner au classement.»

Avec Asselin, sans Dumoulin

Un visage familier enfilera le gilet tricolore ce soir, alors que Kevin Asselin effectuera un retour avec l'organisation le temps d'un match. Celui-ci complètera le trio de Jonathan Bellemare et Carl Gélinas et aura la tâche de créer de l'espace pour les deux attaquants. Le fougueux ailier, qui évolue dans la Ligue senior des Cantons-de-l'Est, devrait disputer au moins deux autres parties cette saison afin d'être disponible pour les séries éliminatoires.

Les Trifluviens sauteront toutefois sur la glace du Colisée sans la présence de leur meilleur défenseur, Nicolas Dumoulin, blessé. Tommy Lafontaine le remplacera dans la formation. Deux défenseurs qui apportent une dimension complètement différente à une équipe. «Parfois, l'absence d'un joueur peut faire tourner le vent. C'est peut-être ce que ça prend.»

Les River Kings sur la corde raide

Par ailleurs, la LNAH vit encore une fois une situation problématique avec l'un de ses clubs, les River Kings de Cornwall. Voyez-vous, l'organisation a été vendue il y a deux semaines à Darren Madden, le responsable de l'équipement de l'équipe. Oui, vous avez bien lu!

Le tout s'est fait sans l'accord des autres gouverneurs de la ligue et la LNAH n'a jamais entériné la décision. Malgré tout, Madden a pris les guides de la concession, avant de la redonner à l'ancien propriétaire, Brock Frost.

Selon un communiqué émis par ce dernier hier, Madden aurait profité de son passage pour effectuer plusieurs dépenses et utiliser la carte de crédit du club, laissant une dette avant de retirer la demande de transfert à la ligue.

Toutefois, d'autres personnes, dont le capitaine de l'équipe Steve Simoes, accusent Frost d'avoir acheté l'équipe afin de s'en servir comme véhicule publicitaire pour se faire élire comme conseiller municipal, ce qu'il a réussi. Le site marchhockey.com affirme même qu'il pourrait s'agir de la fin des émissions pour les River Kings qui en sont à leur troisième saison.

Les River Kings en sont à leur quatrième propriétaire en deux saisons et demi. L'un d'eux avait même essayé de vendre le club sur le site de petites annonces Kijiji.

La situation est maintenant dans les mains des avocats et du commissaire Michel Godin. Les formations de la LNAH n'ont plus le droit de transiger avec les River Kings tant que la situation ne sera pas réglée. Une réunion des gouverneurs est prévue lundi à ce sujet. Pendant ce temps, les chèques de paye des joueurs continueront de rebondir...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer