Francoeur, un candidat de choix pour les Tigres

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steve Turcotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Moins d'une heure s'était écoulée vendredi soir depuis la bombe de Stéphane Leroux, publiée sur Twitter, à l'effet que Yannick Jean allait remplacer Marc Fortier et Patrice Bosch à Chicoutimi que déjà, Johnny Izzy recevait un premier C.V. d'un homme de hockey désirant le job de directeur-gérant chez les Tigres de Victoriaville!

Un geste isolé? Bien sûr que non! Des hommes de hockey qui ont levé la main au cours du week-end et hier pour signifier leur intérêt pour le poste laissé vacant par le départ soudain de Jean, il y en a eu pas mal. Et certains ont une belle feuille de route, reconnaît Izzy. Et c'est sans compter à l'interne, où Carl Malette, nouveau vice-président hockey depuis cet été, est en train d'apprendre le métier.

Mais la meilleure candidature n'est peut-être pas entre les mains du président de l'équipe. Il y a à Trois-Rivières un vieux routier dont la compétence est reconnue à travers la LHJMQ. Le hic, c'est qu'il ne peut se manifester, puisqu'il est à l'emploi du Drakkar de Baie-Comeau, en tant que directeur-gérant adjoint.

Vous aurez reconnu Denis Francoeur, qui a occupé le fauteuil de directeur gérant pendant un peu plus de neuf ans à Shawinigan. À une époque où les Cataractes opéraient avec l'un des plus petits budgets de la ligue, ce fin renard a signé huit campagnes gagnantes sur neuf!

Depuis quelques années, il met sa science au service du Drakkar et son arrivée aux côtés de Steve Ahern coïncide avec une époque pas mal plus glorieuse pour la concession de la Côte-Nord. Ahern peut très bien manoeuvrer seul maintenant qu'il a acquis de l'expérience mais il y a quelques années, il impliquait beaucoup Francoeur.

Pourquoi Francoeur n'a-t-il pas obtenu un poste de directeur-gérant depuis son départ chez les Cataractes? Tout simplement parce qu'il n'est pas du genre à cogner aux portes!

Mais si on cogne à la sienne, on va trouver un homme de hockey qui est toujours passionné par le métier, qui connaît la ligue comme le fond de sa poche et qui rêve d'un autre défi du genre. Si j'étais Izzy, et que j'avais un gars aussi compétent qu'expérimenté basé à quelques minutes de mon marché, je prendrais au moins le temps de le rencontrer... Imaginez quel professeur il pourrait être pour Malette!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer