• Le Nouvelliste > 
  • Sports 
  • > Bobby Baril pète les plombs dans une victoire de 9-0 du Blizzard 

Bobby Baril pète les plombs dans une victoire de 9-0 du Blizzard

L'assaut de Martin Larivière sur le gardien Marco... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'assaut de Martin Larivière sur le gardien Marco Cousineau a déclenché une foire en fin de rencontre. Larivière sera suspendu.

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le Blizzard de Trois-Rivières pouvait difficilement trouver un meilleur moyen pour se sortir de sa torpeur. Incapables d'acheter une victoire depuis cinq matchs, les Trifuviens ont servi une correction de 9-0 à l'Isothermic de Thetford Mines dans une partie des plus physiques.

Il faut dire que les visiteurs ont ouvert la porte au Blizzard. Lors de leur cinq premières séquences en avantage numérique, l'Isothermic a écopé de pénalités, plus souvent qu'autrement inutiles.

Les hommes d'Alain Côté n'en demandaient pas tant, et ont inscrit trois buts alors qu'un joueur adverse était au cachot. François Ouimet en a rajouté en désavantage numérique en fin de deuxième engagement pour mettre le match hors d'atteinte de l'Isothermic.

«Nous étions rapides aujourd'hui. Quand tu bouges tes patins, tu forces l'adversaire à accrocher. Pour nous, c'est un match qui fait du bien», a souligné le pilote Alain Côté.

«Je ne sais pas s'ils nous ont pris à la légère parce que nous traversons une période creuse, mais nous étions ici pour nous en sortir. Peut-être qu'ils ne s'attendaient pas à ça l'autre bord», a indiqué le défenseur Thomas Bellemare au terme de la rencontre.

Côté a d'ailleurs révélé que les joueurs s'étaient parlés dans le blanc des yeux au terme de la défaite en prolongation de vendredi contre Sorel-Tracy.

«Il y a eu une bonne brassée de linge sale vendredi. Nous n'étions pas ici pour faire un pique-nique. Nous avons quand même ramassé trois points sur quatre en fin de semaine. Les gars étaient frustrés d'avoir perdu de la sorte à Sorel. Parfois, ça prend des moments comme ça pour réaliser à quel point tu es rendu profond.»

Les esprits s'échauffent

En plus de la spectaculaire victoire du Blizzard, on retient aussi la sainte colère qu'a piquée l'entraîneur-chef de l'Isothermic, Bobby Baril, en deuxième période.

Lors d'une escarmouche entre les dix joueurs sur la surface glacée, on aurait pu croire que les officiels décerneraient des pénalités majeures à certains joueurs, dont Bellemare qui était très actif.

Les officiels ont toutefois appelé des pénalités mineures. Une décision qui a enragé Baril, qui a aspergé les arbitres d'eau, en plus de lancer plusieurs objets, dont un tabouret et une poubelle, sur la glace avant de prendre la route du vestiaire.

«Tout ce qui est arrivé part de là. Je ne peux parler de l'arbitrage, mais jamais je n'accepterai ce qui est arrivé à mes gars. On s'affronte le 29 novembre, ils sont aussi bien de ne pas l'oublier dans l'autobus», a pesté Baril.

La troisième période n'a pas été plus reposante pour les officiels. L'attaquant Thetfordois Martin Larivière s'est jeté sur le gardien Marco Cousineau, déclenchant une foire. Tout comme son entraîneur, il sera suspendu.

«Larivière l'avait dit à Cousineau en première période qu'il allait lui faire ça. On le savait. J'ai même pensé le retirer, mais avec le blanchissage, c'était difficile. Il en avait besoin et les gars jouaient pour ça», a mentionné Côté.

Baril à Trois-Rivières?

Au terme de la partie, et d'une longue rencontre avec ses joueurs, Bobby Baril semblait en avoir gros sur le coeur. Il n'avait pas digéré de voir son vis-à-vis utiliser tous ses durs à cuire après le quatrième filet trifluvien.

«Il avait bien du fun, Alain Côté. La seule chose qu'il a gagnée dans sa vie c'est un gratteux de Loto-Québec. Et, en passant, s'il coache à Trois-Rivières, il peut me dire merci, parce que j'ai dit non à Sylvain Robert cet été. Il est un prix de consolation», a-t-il lancé.

Des propos qu'a tempérés le directeur général du Blizzard, Sylvain Robert.

«Lors de notre arrivée comme propriétaires, j'avais le mandat de rencontrer trois entraîneurs: Alain, Dean Lygitsakos et Bobby Baril. Nous allions faire notre choix par la suite. Bobby voulait les deux fonctions, entraîneur et directeur général, comme Dean. En parlant aux joueurs, je me suis aperçu qu'Alain Côté était l'homme de la situation. Il n'y a jamais eu d'offre formelle.»

Partager

À lire aussi

  • Bobby Baril suspendu cinq matchs (vidéo)

    Sports

    Bobby Baril suspendu cinq matchs (vidéo)

    La Ligue nord-américaine de hockey n'a pas été tendre à l'endroit de Bobby Baril. Il sera suspendu cinq parties à la suite de ses frasques de... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer