Les Patriotes échappent Frédérick Roy

Après avoir disputé 117 parties dans la Ligue... (Photo: Americans de Rochester)

Agrandir

Après avoir disputé 117 parties dans la Ligue amércaine, Frédérick Roy reviendra au Québec pour terminer ses études. Ce n'est toutefois pas à l'UQTR qu'il fera escale, mais à Concordia.

Photo: Americans de Rochester

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Les Patriotes de l'UQTR ont tenté dans les derniers jours de mettre la main sur un joueur qui aurait pu avoir tout un impact sur leur formation, Frédérick Roy. La petite peste, qui a fait rager les fans des Cataractes par le passé, s'est finalement tournée vers les Stingers de Concordia.

Roy, qui a évolué lors des deux dernières saisons avec les Americans de Rochester dans la Ligue américaine de hockey, a décidé de mettre sa carrière professionnelle en veilleuse afin de retourner aux études, celui-ci n'ayant pas obtenu d'offre alléchante dans l'antichambre de la Ligue nationale de hockey.

Les Patriotes ont approché le fils de Patrick Roy afin qu'il se joigne à leur équipe. Le problème est que l'ancien attaquant des Remparts de Québec a grandi à Denver, au Colorado, pendant la majeure partie de sa vie et ses connaissances en français ne sont pas au même niveau que la majorité des étudiants fréquentant le campus du boulevard des Forges. Le pilote des Patriotes, Marc-Étienne Hubert, n'était donc pas surpris de voir Roy se tourner vers les Stingers.

«Nous avons eu une bonne discussion ensemble et nous avons essayé très fort de convenir à ses besoins, mais comme salangue première est l'anglais et qu'il a étudié en anglais, c'était difficile.»

«Les gens de l'admission, Jean Bois et Jean-Philippe Glaude en tête, ont fait un très bon travail et ont essayé de trouver une solution. Mais il n'y avait rien de possible», a ajouté Hubert, qui, de toute évidence, ne pensera pas à étendre son territoire de recrutement hors du Québec, contrairement aux deux autres universités de la province.

L'attaquant ne sera pas en action cette saison, puisque les règlements du hockey universitaire canadien oblige tout joueur ayant évolué chez les professionnels à être inactif durant une année complète. Il enfilera le gilet bourgogne et or lors de la campagne 2015-2016.

«J'ai choisi Concordia parce que je cherchais une bonne école et un bon programme de hockey. J'ai parlé à Olivier Hinse (le capitaine des Stingers), et il m'a dit beaucoup de bien du programme. J'ai hâte de commencer», a dit celui qui a enregistré 22 points en 117 matchs dans la Ligue américaine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer