Pierre-Olivier Dostaler a joué avec Oscar Taveras

Oscar Taveras, l'un des espoirs les plus en... (Photo David J. Phillip, archives AP)

Agrandir

Oscar Taveras, l'un des espoirs les plus en vue du baseball majeur, a perdu la vie dans un accident de la route, dimanche, en République dominicaine. Le jeune homme a notamment effectué un passage remarqué au sein du réseau de développement québécois entre l'âge de 12 et 16 ans.

Photo David J. Phillip, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Pierre-Olivier Dostaler s'en souvient comme si c'était hier. À la fin de la dernière décennie, un jeune Dominicain des Marquis de Montréal avait fait écarquiller bien des yeux, au stade Fernand-Bédard de Trois-Rivières, en catapultant deux très longues fausses balles, loupant les circuits de peu. À 15 ans seulement, ça relevait presque de l'exploit. Son nom? Oscar Taveras, un frappeur ambidextre à qui on prédisait un bel avenir.

À l'image de bien des Québécois ayant gravité dans le réseau de développement midget AAA durant le séjour de Taveras au Québec (il y est resté pendant quatre ans), Dostaler a accueilli la nouvelle de son décès avec stupeur dimanche soir. Plus qu'un adversaire, le surdoué des Cards de St. Louis avait aussi été un coéquipier lors du championnat canadien midget. Ça se passait à Québec en 2007.

«Je me rappelle d'un gars souriant et vraiment drôle qui baragouinait le français. Il était né pour jouer au baseball, ça se voyait. À 15 ans, il dominait déjà les plus vieux. Il allait devenir une superstar. On s'était incliné en finale, il avait eu son mot à dire dans nos succès.»

Son talent ne laissait aucun doute. Sa façon de se comporter dans la vie était également particulière. «Je crois qu'il n'était pas conscient de la pression, rigole l'ancien des Aigles Plante Sports et Can-Am. Pour lui, un match important, c'était comme de sortir pour jouer au baseball dans sa propre cour.

D'ailleurs, à l'époque que je l'ai connu, il n'affichait pas une grande maturité par rapport au jeu et à ses règlements. Pour les habiletés par contre, il avait une coche au-dessus de tout le monde. Je regardais des vidéos de son élan chez les pros dernièrement et c'est le même qu'à l'époque du midget!»

Voltigeur efficace doté d'un bras puissant, plusieurs observateurs avaient déjà dressé des comparaisons entre Oscar Taveras et Vladimir Guerrero. «En tout cas, il était aussi le fun à voir aller», soutient Dostaler, qui était entré en contact avec son ancien partenaire du championnat canadien midget l'an passé.

Le joueur d'avant-champ originaire de Notre-Dame-du-Mont-Carmel défendait alors les couleurs de la Missouri Baptist University, un campus situé à trente minutes du Busch Stadium, le domicile des Cards de St. Louis. Dostaler connaissait donc assez bien la région et il attendait avec fébrilité le rappel de Taveras, de qui les partisans des Cardinals disaient beaucoup de bien.

«Je lui ai écrit sur Facebook, il se souvenait de moi. Dans ce temps-là, il jouait encore dans le baseball affilié, mais il visait les majeures. Il m'avait promis une paire de billets si je me déplaçais pour venir le voir à son premier match avec les Cards. Ça aurait été tout un moment!»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer