Hugo Houle sur la pente ascendante

Hugo Houle se considère comme un privilégié. Seul... (Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste)

Agrandir

Hugo Houle se considère comme un privilégié. Seul Québécois engagé dans le World Tour, le cycliste de Sainte-Perpétue a aussi la confiance des patrons de l'équipe AG2R La Mondiale, qui s'est imposée comme l'une des plus dominantes la saison dernière.

Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Hugo Houle est un optimiste. C'est dans la nature du protégé de l'équipe AG2R La Mondiale de voir le verre à moitié plein plutôt qu'à moitié vide. Conscient de la chance qu'il a de prendre part aux épreuves du World Tour de l'Union cycliste internationale, il entrevoit la prochaine année, sa troisième en Europe, avec autant, sinon plus d'enthousiasme. Et les objectifs personnels suivent cette tendance: une victoire ainsi qu'une participation à un grand tour sont dans la mire pour 2015.

Aucun doute, Houle progresse. De plus en plus à l'aise sur les capricieux parcours européens, l'athlète originaire de Sainte-Perpétue a reçu un beau vote de confiance des patrons de l'équipe française de qui il défend les couleurs depuis deux ans. Satisfaits de son travail pour épauler les leaders, les dirigeants sont d'accord avec l'idée que leur poulain canadien s'invite sur la ligne de départ du Giro d'Italie ou de La Vuelta, en Espagne.

Le Tour de France? Pas pour tout de suite. Mais qu'à cela ne tienne, l'évocation des mots Giro et Vuelta ont de quoi faire sourire celui qui en sera à sa cinquième saison chez les professionnels, quand tout se mettra en branle cet hiver.

«J'ai le champ libre. Mon but premier avec AG2R, c'est encore d'aider nos leaders et je suis très à l'aise avec ça. Mais sur le moyen terme, c'est certain que je vise une place parmi ces mêmes meneurs. Or, le Tour d'Italie ou d'Espagne, c'est aussi important que le Tour de France pour nous, mis à part le fait que c'est pas mal moins médiatisé.»

Houle se sent donc d'attaque pour les compétitions s'échelonnant sur trois semaines. Le genre de courses qui pourraient le guider vers un autre niveau. «Il ne faut pas brûler d'étapes. Je pense que depuis deux ans, j'ai su m'adapter et cheminer, à l'instar de l'équipe d'ailleurs. À la fin de la saison, nous avons été en mesure de nous classer dans le top-5 et, au Tour de France, les gars ont été incroyables. Vraiment, on a eu de belles performances. Dans cette optique, je pense que c'est réaliste, dans mon cas, d'espérer une victoire, peu importe où elle pourrait se faire en Europe.»

Il devrait connaître la programmation de la saison à venir en décembre, quand il s'envolera pour l'Espagne en vue du camp d'entraînement. «Quand tu y penses, c'est un bel honneur de dire que tu te prépares pour faire un autre Paris-Roubaix, un autre Tour des Flandres. Le meilleur reste à venir.»

Jeune vétéran

La moyenne d'âge des cyclistes présents au Tour de France avoisine les 29 ans. Quand la campagne 2015 s'amorcera en janvier, Houle, un spécialiste du contre-la-montre, aura 24 ans et misera déjà sur une expérience de deux saisons passées sur le Vieux continent. Il est aussi le seul Québécois du World Tour. Bref, dans un C.V., ça paraît plutôt bien!

Toronto 2015... et le reste

Armé de ce précieux bagage d'expérience, Houle s'attaquera aux Jeux panaméricains de Toronto, une grande classique qui réunira les meilleurs cyclistes des Amériques en juillet. «Il faudra s'y préparer solidement. En plus, à ce stade-ci de l'année pendant l'été, c'est assez tranquille pour nous en raison de la présentation du Tour de France. Je pourrais aller chercher des points en vue d'augmenter mes chances pour les Jeux olympiques de Rio dans deux ans. Mais il y a beaucoup de travail à faire d'ici là.»

Le procès

Hugo Houle a vécu des moments passablement difficiles, au début du mois, quand il a été appelé à témoigner au procès de Guy Richard, qui a provoqué la mort de son frère Pierrick en décembre 2012.

«Ça ramène les souvenirs. Oui, ça nous affecte dans la vie de tous les jours et j'espère une sanction pour dissuader les gens à l'alcool au volant. Ç'a été d'autant plus difficile que j'avais une course à peine quelques jours plus tard. J'ai roulé avec un décalage horaire assez solide! Mais il n'était pas question pour moi de rater le procès. Il va se terminer au moment où je serai en camp d'entraînement, mais je vais quand même être impliqué sentimentalement. Mon frère, c'était mon fan numéro un et il va le rester!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer