ANALYSE

Série mondiale: une armure à briser

Le gérant des Giants, Bruce Bochy, et son... (Photo: AP)

Agrandir

Le gérant des Giants, Bruce Bochy, et son receveur, Buster Posey, en seront à une troisième Série mondiale dans l'uniforme noir et orange.

Photo: AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Série mondiale qui s'amorcera mardi soir s'annonce comme l'une des pires de l'histoire. Avec 89 et 88 gains, les Royals et Giants sont le duo d'équipes avec le plus petit nombre de victoires en saison à atteindre la grande danse depuis 1973. Au diable les statistiques, l'affrontement entre ces deux négligés s'annonce très excitant!

Depuis le début de la classique automnale, le parcours des deux formations a d'énormes ressemblances. Toutes deux ont prouvé qu'elles avaient le caractère pour gagner alors qu'elles étaient dos au mur.

Comment oublier les deux remontées spectaculaires des Royals face aux A's dans le match suicide de 12 manches en lever de rideau? Quant aux Giants, vaincre les Cardinals de St. Louis relève déjà de l'exploit, mais le faire en marquant des points lors des deux dernières manches du cinquième match de la série, avec la longue balle de surcroît, prouve que la troupe de Bruce Bochy a la carapace épaisse.

Parlant d'armure, les Giants, s'ils espèrent soulever le précieux trophée, devront briser rapidement celle des Royals, qui n'ont toujours pas subi la défaite depuis le début des éliminatoires. Cette lancée devra rapidement être stoppée, sans quoi, les hommes de Ned Yost courront vers la victoire. La vitesse et la qualité de son enclos seront les deux plus grands alliés de Yost dans cette série.

Le scénario est toutefois idéal pour y arriver ce soir. Madison Bumgartner, avec son incroyable moyenne de coups sûrs et de buts sur balles par manche de 0,76, sera sur la butte pour les Giants face à James Shields. Un duel au sommet sur papier, sauf que le partant des Royals n'est pas l'ombre de lui-même depuis le début des séries. Il a peut-être trois victoires, mais est resté en moyenne cinq manches et un tiers au monticule lors de ses trois soirées de travail, affichant une mpm de 5,63.

La porte est ouverte pour mettre fin à la séquence de victoires des Royals, ce qui affaiblirait leur armure et leur confiance.

L'expérience est d'ailleurs du côté des Giants, qui en seront à une troisième présence en Série mondiale depuis 2010. Ils n'en ont perdu aucune, toutes sous la direction de Bruce Bochy.

La logique pointe vers l'équipe californienne pour l'emporter, disons en six. Malheureusement pour les parieurs, la logique n'a eu aucune logique durant ces séries éliminatoires.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer