Les Cataractes rossés 7-1 devant leurs partisans

Le gardien Marvin Cüpper a été laissé seul... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le gardien Marvin Cüpper a été laissé seul plus souvent qu'à son tour jeudi soir face au Phoenix de Sherbrooke. L'Allemand a accordé six buts dans la défaite de 7-1 des siens.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Shawinigan) Deux semaines avant l'Halloween, les Cataractes ont livré un véritable film d'horreur à leurs partisans jeudi soir au centre Gervais Auto. Déclassés dans toutes les phases du jeu, les Shawiniganais ont été humiliés 7-1 par le Phoenix devant 2001 amateurs réunis sur l'avenue Jacques-Plante, la plus petite foule enregistrée dans la jeune histoire de cet amphithéâtre inauguré en 2008.

Martin Bernard disait la veille s'attendre à un match corsé, entre deux équipes qui se ressemblent et qui utilisent leur vitesse pour produire des étincelles. Le Phoenix a bien rempli sa partie du contrat, mais les locaux ont quant à eux carrément abandonné Marvin Cüpper, n'ayant visiblement pas le désir de déployer la même ardeur au travail que les visiteurs à partir de la deuxième période.

Résultat, les meilleurs éléments du Phoenix ont eu droit à une belle petite séance d'entraînement clé en main au cours des 40 dernières minutes. La marque de 1-1 après 20 minutes est disparue rapidement avec une poussée de quatre buts des visiteurs.

Celui qui a parti le bal est Daniel Audette, qui avait été vissé au banc par Judes Vallée en première. Audette a répondu en signant par la suite un truc du chapeau, en plus de se faire complice d'un autre but. Visiblement, Judes Vallée savait ce qu'il faisait en punissant son joueur étoile!

Sans rien enlever à Audette, Tim Wieser et Kay Schewri se sont aussi transformés en bourreaux à l'endroit des Shawiniganais. Ces derniers semblaient d'ailleurs très peu se soucier des deux points à l'enjeu. Pas question de souffrir le long des rampes, ni même de déployer un peu de fougue en échec-avant. Le Phoenix, qui avait beaucoup de cohésion avec de courtes passes, n'en demandait pas tant pour se servir de sa finesse et chasser Cüpper du match en début de troisième, lui qui a été battu à six reprises sur 30 lancers.

L'Allemand de 20 ans a d'ailleurs piqué une sainte colère lorsqu'il a été sorti du match, au point où Martin Bernard a dû aller le rejoindre au vestiaire alors que le jeu avait repris sur la glace afin de le calmer.

«C'est un compétiteur, il veut gagner et il a à coeur le succès de l'équipe. Son comportement montre qu'il n'était pas content de ce qui se passait. Il a 20 ans, c'est un de nos leaders, je suis convaincu qu'il sera prêt demain (vendredi soir)», soulignait l'entraîneur-chef, pas mal moins tenté de passer l'éponge sur la performance globale de sa troupe.

«On n'a aucune excuse, surtout pour les deuxième et troisième périodes. C'est un manque de respect envers nos partisans. Ils ne méritent pas ça. On en a perdu des matchs de hockey l'an dernier, mais jamais de cette façon. C'est inacceptable», tranchait Bernard.

Le pilote n'achetait pas non plus l'excuse du départ du capitaine, quelques heures plus tôt. «Si c'est ça, aussi bien de faire un autre sport! Ça prend de la force mentale pour jouer au hockey. De l'adversité, il faut savoir composer avec ça. Si ces joueurs-là veulent monter plus haut, ils doivent apprendre à bien réagir dans ce genre de situation. On n'a pas joué ce soir, et on a commencé à prendre des punitions quand ça n'allait pas à notre goût. C'est un manque de discipline et on va régler ça. On a des choses à adresser avant le prochain match et elles vont l'être», promettait-il.

«On affrontait le meilleur gardien de la ligue, ainsi qu'une bonne défensive. On est content de notre performance, mais on est conscient qu'il y avait peut-être un grain de sable dans l'engrenage de l'autre côté ce soir», soulignait pour sa part le pilote sherbrookois Judes Vallée. «Ça n'a pas été facile pour nous de gagner ici l'an passé, alors on prend cette victoire avec plaisir!»

Les Cataractes pourront se faire pardonner dès ce vendredi, alors qu'ils rendent visite aux Tigres à Victoriaville.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer