Place aux espadrilles au Club de golf de Grand-Mère

Sarah Bergeron-Larouche tentera de défendre son titre de... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Sarah Bergeron-Larouche tentera de défendre son titre de championne québécoise de cross-country sur le parcours du terrain de golf de Grand-Mère. Les entraîneurs Pierre Thibodeau et Jean Lemoyne sont derrière l'événement alors qu'Yves Renaud s'est vu confier la présidence d'honneur.

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Il y aura une clientèle bien inhabituelle au Club de golf de Grand-Mère le 25 octobre prochain. Les meilleurs athlètes de cross-country envahiront le terrain dans le cadre du Championnat provincial de la discipline. Il aura fallu aménager un tout nouveau parcours afin de bien accueillir la visite.

La tâche de trouver un nouveau terrain de jeu n'était pas simple, puisqu'il fallait trouver un moyen pour le tracé d'être suffisamment accidenté, sans tomber dans la course en sentiers. C'est le défi que s'est donné le Club Zénix en compagnie des Patriotes de l'UQTR.

Ce nouveau parcours contournera donc les divers trous et le champ de pratique de l'endroit afin d'accueillir près de 800 coureurs, dont les deux tiers évoluent au niveau collégial. Un tracé de trois kilomètres que les femmes parcourront deux fois, les hommes trois.

«Il faut respecter les caprices d'un terrain de golf. Par exemple, on doit éviter le plus possible les allées. Il y a toujours des imprévus et ça dépasse ce que nous sommes habitués de faire. Nous voulions essayer de créer un parcours que les jeunes vont aimer pour un championnat. En plus, c'est un beau terrain, ce n'est pas juste des champs. Il a du charisme», souligne l'entraîneur des Patriotes, Jean Lemoyne.

D'ailleurs, une athlète des Patriotes, Sarah Bergeron-Larouche, aura la chance de se mettre en valeur, elle qui tentera de défendre le titre québécois qu'elle a remporté l'année dernière à Sherbrooke. D'être en Mauricie constituera un avantage certain.

«C'est le fun d'être devant nos gens et ça élimine aussi le voyagement. Quand tu es sur la route, ça fatigue les jambes, tu n'es pas dans tes affaires, tu ne manges pas ta nourriture, tu n'es pas dans ton lit. C'est un avantage.»

Chez les hommes, Stéphan St-Martin, lui aussi de l'UQTR, sera l'un des favoris, mais aura fort à faire pour battre Charles Philibert-Thiboutot, qui est un espoir pour les Jeux olympiques de Rio.

«Ce sera un gros show! Le circuit collégial est né il y a quelques années et il prend de l'ampleur. La plupart des cégeps ont des équipes, comparativement aux universités où il y en a moins», note Pierre Thibodeau du Club Zénix.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer