Un record dont personne ne veut!

Après avoir vécu l'ivresse du printemps 2012, Frédérick... (Photo: François Gervais)

Agrandir

Après avoir vécu l'ivresse du printemps 2012, Frédérick Gaudreau et Félix-Antoine Bergeron sont confrontés à la dure réalité de l'automne 2013.

Photo: François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Steve Turcotte
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Ça peut aller très vite dans le hockey. Une couple de performances moyennes, des défaites serrées et un peu de malchance réunies et hop!, les Cataractes se battent pour ne pas rééditer le livre des records de la concession de la mauvaise façon!

Ce soir, les hommes de Martin Bernard pourraient en effet passer à l'histoire en rejoignant les Dynamos de 1977-78 pour le pire début de saison de l'organisation s'ils encaissent un dixième revers (0-7-2) aux mains des Tigres de Victoriaville, au Centre Gervais Auto.

Un scénario qui, évidemment, est loin de plaire aux gars dans le vestiaire, particulièrement les vétérans qui ont une grosse bague de la Coupe Memorial dans le tiroir. L'histoire est à l'enjeu ce soir, de même que la fierté d'un groupe qui se passerait bien de toute cette publicité négative alors qu'il tente de se forger une identité.

«Il y a définitivement une question de fierté à l'enjeu ce soir. Pour tout le monde, et spécialement pour ceux qui ont fait l'histoire du bon côté il y a deux ans. On va y penser, mais en même temps, il ne faut pas se concentrer juste là-dessus sinon, on va manquer notre coup. Le focus doit être placé sur ce qu'on doit faire sur la glace», mentionne Félix-Antoine Bergeron, qui assure que son club peut rebondir.

«Tous nos matchs ont été serrés. Ça ne prendrait pas grand-chose pour que ça vire de bord. La chance n'est pas de notre côté depuis le début de l'année, mais en travaillant 60 minutes, on va finir par se la créer pour nous. On sait ce qu'on a à faire, on comprend que nous sommes tous dans le même bateau.»

Le capitaine Frédérick Gaudreau prétend, quant à lui, que le record passe deuxième en ce moment. «Record ou pas, nous sommes tannés de perdre! On veut que ça débloque. Nous ne jouons pas mal et nous n'avons pas un mauvais club, il semble qu'il ne manque qu'une petite cloche à allumer et, rendu là, le problème est plus mental qu'autre chose», propose le vétéran de 20 ans.

Le sentier plutôtque la montagne

Parce qu'il est conscient que ses joueurs savent très bien ce qui leur pend au bout du nez, Martin Bernard ne sentira pas le besoin d'en rajouter une couche lors de son discours d'avant-match. Il va préférer s'attarder aux moyens à prendre pour mettre fin au cauchemar.

«Ils lisent tous Le Nouvelliste, je n'ai aucun doute qu'ils connaissent le record des Dynamos par coeur! De toute façon, ça ne donne rien de garder les yeux sur la montagne, il faut plutôt voir comment on va s'y prendre pour la gravir. Nous avons des choses à mettre en place.»

Le personnel d'entraîneurs a découpé les neuf premiers matchs de toutes les façons possibles, et la première chose à corriger,c'est de rester calme dans la tempête.

«Faut mieux se gérer quand la chaîne débarque. Les gars perdent soudainement leurs repères quand l'autre club dicte le tempo et ça nous coûte cher. La ligne est bien mince entre jouer avec agressivité ou comme des poules sans tête, et il faut être plus souvent du bon bord!», explique le pilote.

Bernard reconnaît volontiers que la première victoire se laisse beaucoup trop désirer à son goût. Mais pas question pour autant de saborder le plan établi afin d'y remédier.

«Il faut continuer de cogner sur le clou même si, présentement, j'aurais besoin de quatre mains et de quatre marteaux», sourit-il. «Quand on va aller chercher cette première victoire, elle fera du bien car elle aura été acquise avec les éléments sur lesquels on bâtit. C'est comme ça qu'on peut établir une réelle progression.»

Carnet de notes

Blessé à un doigt il y a un peu plus de deux semaines, Alexis D'Aoust a reçu le feu vert du thérapeute, mais sa présence dans l'alignement au cours de la fin de semaine est hautement improbable, Bernard voulant lui accorder un peu de temps supplémentaire pour se remettre dans une forme optimale... Le match de ce soir est retransmis en direct sur les ondes de TVA Sports.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer