Pierre Grenier aux Mondiaux des greffés

Plus de deux ans après avoir reçu une... (Photo: Émilie O'Connor)

Agrandir

Plus de deux ans après avoir reçu une double transplantation pulmonaire, Pierre Grenier participera aux Jeux Mondiaux des greffés, qui auront lieu à Durban, en Afrique du Sud, dans les épreuves de 5 et 20 kilomètres en cyclisme

Photo: Émilie O'Connor

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Étienne Dubois
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Au mois d'avril 2011, les médecins de l'hôpital Notre-Dame, à Montréal, annonçaient à Pierre Grenier qu'il ne lui restait que deux semaines à vivre. Plus de deux ans et une double transplantation pulmonaire plus tard, le véritable miraculé s'envolera aujourd'hui pour Durban, en Afrique du Sud, pour les 19e Jeux Mondiaux des greffés qui se dérouleront du 28 juillet au 4 août.

Pierre Grenier prendra part aux épreuves de cinq et de 20 kilomètres en cyclisme, mais comme il le mentionne, il ne va pas là-bas pour gagner. «Mes deux médailles, je les ai à l'intérieur de moi», déclare-t-il, en faisant référence aux deux poumons qu'il a reçus en greffe, il y a plus de deux ans.

«Juste d'être là, c'est déjà une grande satisfaction. Je ne me fais pas trop d'idées au niveau des médailles parce que dans ma catégorie, il y a un ancien champion de cyclisme greffé du rein, donc mes chances sont plutôt minces», lance-t-il à la blague.

Bien que la compétition ait une valeur tout de même importante, les Jeux Mondiaux des greffés représentent avant tout une grande réunion pour des gens qui ont reçu une transplantation et qui sont encore vivants aujourd'hui grâce à la greffe.

«Entre autres, nous avons une journée thématique où chacune des personnes des 78 pays qui participent doivent revêtir des costumes traditionnels et une grande fête est organisée», affirme Pierre Grenier, qui va également profiter de son voyage pour faire un safari et aller plonger avec les grands requins blancs.

Promotion du don d'organes

Porte-parole de l'Association canadienne des greffés pour la région de la Mauricie, Pierre Grenier poursuit la promotion du don d'organes et de tissus avec beaucoup de vigueur.

Lors de la Semaine nationale du don d'organes et de tissus, qui s'est déroulée du 22 au28 avril dernier, Pierre Grenier avait amené l'idée d'une alternative qu'il désirait proposer afin que les gens, au Québec, aient à signer pour refuser de donner leurs organes lors de leur décès, au lieu de signer pour donner leur accord. «C'est un projet auquel on tient beaucoup à l'Association canadienne des greffés. On a envoyé une pétition au ministre de la Santé, mais ça reste toujours en attente», fait-il valoir.

Cette initiative vise non seulement à faire changer le système de santé au complet, mais également la mentalité des gens. Selon M. Grenier, il s'agit d'un travail de longue haleine et ça ne se fera pas du jour au lendemain, mais l'Association canadienne des greffés continue à travailler fort dans ce dossier. Cette pratique, appelée la signature inversée, est déjà en vigueur dans plusieurs pays en Europe.

En 2012, le temps d'attente moyen d'une transplantation était de cinq mois en Autriche, alors que pour le Québec, les personnes en attente d'une greffe devaient patienter en moyenne 25 mois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer