Deslauriers est bien servi à Gatineau!

Les Olympiques se réjouissent d'avoir attiré Jean-Simon Deslauriers... (Photo: Le Droit)

Agrandir

Les Olympiques se réjouissent d'avoir attiré Jean-Simon Deslauriers chez eux. Ce bon coup de Benoît Groulx pourrait rapporter gros au cours des deux prochaines saisons.

Photo: Le Droit

Partager

Steve Turcotte
Le Nouvelliste

Jean-Simon Deslauriers doit se féliciter d'avoir déserté les rangs des Screaming Eagles en début de saison. Déçu de son utilisation, jumelé au fait qu'il trouvait bien difficile d'étudier par correspondance, le Trifluvien avait préféré rentrer à la maison et au moment où il a pris cette décision, il jonglait même avec l'idée d'abandonner le hockey plutôt que de repartir vers une ville où il ne se sentirait pas à l'aise.

Les Screaming Eagles n'ont pas tardé à être inondé d'appels pour celui qui avait été leur premier choix il y a deux ans. Ce sont finalement les Olympiques de Gatineau qui ont réussi à s'entendre avec Ron Choules - remplacé depuis par Marc-André Dumont - en acceptant de payer un choix de deuxième ronde pour ses services, après un entretien en tête-à-tête entre le jeune homme et Benoît Groulx.»On parle d'un entraîneur qui a beaucoup d'expérience, et j'ai bien aimé notre discussion, alors j'ai décidé de foncer. C'est un entraîneur sévère, mais juste, qui veut nous inculquer de bonnes habitudes de travail. C'est un environnement qui me plaît», souligne l'athlète de 17 ans. «Quant à l'école, je peux maintenant aller en classe, à l'école. Ça fait toute la différence.»

De son côté, Groulx n'a pas mis de temps à comprendre qu'il venait de faire une bonne affaire en déboursant un choix au repêchage pour obtenir Deslauriers. Malgré son jeune âge, Deslauriers fait partie du top 4 de Groulx en défense, et il est utilisé plus d'une vingtaine de minutes par match. «J'avais aimé ce que j'avais vu de lui dans les rangs midgets AAA. J'avais aussi parlé à Gilles Bouchard. Puisqu'il s'était éloigné du junior pendant quelques semaines, je croyais qu'il aurait besoin d'une certaine période d'adaptation, mais il a très rapidement retrouvé tous ses repères. D'abord parce que c'est un bon athlète, mais aussi parce qu'il s'était gardé en forme. Sa mobilité nous est déjà très utile et on sait qu'elle va très bien nous servir au cours des prochaines années.»

En 26 matchs avec sa nouvelle formation, Deslauriers s'est forgé une fiche d'un but et 14 passes, en plus d'un différentiel de -7. «Quand tu veux bâtir une formation championne, ça te prend des défenseurs comme lui et Alexandre Carrier en défensive. Ce sont des gars qui ont déjà beaucoup de responsabilités chez nous. Leur avenir est très prometteur», conclut Groulx.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer