Estacades: «Nous sommes les négligés»

L'entraîneur des Estacades, Frédéric Lavoie, s'attend à ce... (Photo: Stéphane Lessard)

Agrandir

L'entraîneur des Estacades, Frédéric Lavoie, s'attend à ce que ses protégés démarrent en force la série contre les Gaulois pour profiter de la longue inactivité de ces derniers.

Photo: Stéphane Lessard

Partager

Steve Turcotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Un défi bien différent se présente aux Estacades en deuxième ronde des séries, qui s'ébranle ce soir à Saint-Hyacinthe. Les adolescents de Frédéric Lavoie ont en effet rendez-vous en quart de finale avec les Gaulois du Collège Antoine-Girouard, certes l'un des clubs les plus talentueux sur le plan offensif. La défensive trifluvienne, vantée à souhait depuis Noël, a toute une commande sur les bras!

«Il reste huit équipes en vie, alors ce sont huit bonnes équipes», positionne d'entrée de jeu Lavoie. «Ce sera assurément un très, très bon test pour notre défensive. On affronte un club dont les succès passent par le rendement de six joueurs clés, il faut absolument respecter notre identité pour compétitionner», ajoute le pilote recrue.

Les deux clubs ont signé chacun un gain aux dépens de l'autre cette saison, et ne sont séparés que par quatre points au classement. Ça n'empêche pas Lavoie de décréter que ses Estacades sont largement négligés dans cette confrontation!

«Nous sommes les négligés, c'est clair. On l'a été toute l'année! Notre club s'est promené toute la saison entre le 12e et le 15e rang, ce n'est qu'au dernier week-end qu'on a été en mesure de grimper au septième rang. On est à l'aise avec cette étiquette», sourit Lavoie, en braquant les projecteurs sur Jérémy Roy et Francis Beauvillier, deux surdoués de 15 ans pressentis pour faire partie des trois premiers choix au prochain repêchage de la LHJMQ.

«Ce sont deux joueurs qui ont roulé à une moyenne de deux points lors de leurs 12 derniers matchs. Ils sont ciblés par les clubs du junior qui viendront tous voir s'ils peuvent répéter leurs exploits en séries. J'imagine qu'ils vont ressentir un peu de pression...»

Le pilote des Gaulois, Martin Cadorette, dit ne pas trop s'inquiéter de la réaction de ses deux vedettes. «Jérémy jouait dans la ligue l'an dernier à 14 ans, il a vécu les séries et il sait à quoi s'attendre. Dans le cas de Francis, c'est un gamer, un gars qui aime la pression et qui est capable de répliquer à ses rivaux. Il sera peut-être un peu nerveux au premier match, mais globalement, je ne m'attends pas à moins de lui par rapport à ce qu'il m'a donné cette saison», lance Cadorette à propos de son attaquant qui a enfilé rien de moins que 39 buts, en plus d'amasser 25 passes en 41 parties cet hiver.

Par contre, Cadorette dit se méfier comme la peste des Estacades. «Ce n'est pas l'équipe la plus talentueuse, mais elle est travaillante. Dans les 12 derniers matchs, les Estacades ont terminé au 2e rang au classement général. Je ne parierai jamais contre une équipe qui travaille sans relâche. La clé pour nous, c'est d'au moins égaler leur niveau d'intensité», soumet celui qui ne croit pas que son club va regarder les Estacades de haut.

«On a eu du mal cette saison contres les équipes de bas de classement, ça fait un bout de temps que je travaille sur cet élément avec mes joueurs. Ça reste des gars de 15-16 ans, il peut toujours y avoir des relâchements, mais on a en masse d'exemples pour se souvenir que ça se joue sur la glace.»

Cadorette confie être curieux de voir si sa bande va ressentir les effets de cette pause d'une dizaine de jours qui venait en prime avec le laissez-passer obtenu par ses Gaulois en première ronde. «On avait quelques blessés, la pause a aidé de ce côté. Par contre, on a vécu la même situation l'an dernier et ce fut difficile au premier match. On a donc changé des choses dans notre préparation, on a programmé notamment de courtes, mais d'intenses séances d'entraînement. On a également la chance d'avoir dans le vestiaire des gars qui ont vécu ça l'an dernier, qui ont pu mettre en garde leurs coéquipiers. On espère que ça va nous aider.»

Dans l'autre camp, Lavoie ne cache pas qu'il espère voir ses guerriers prendre avantage de ce repos accordé aux Gaulois. «On veut connaître un bon départ, on pense que les premières minutes de jeu peuvent être à notre avantage. Il faut s'en servir!», dicte l'ex-capitaine des Patriotes de l'UQTR, qui conclut en assurant qu'il lance dans la mêlée une équipe en santé. «Pas de blessure, juste des bobos... et c'est bien correct, ça ne serait pas normal s'il n'y avait pas de bobos à soigner dans notre chambre après une ronde de séries!»

Contrairement à la première ronde qui était une confrontation trois de cinq, ce duel Estacades-Gaulois en est un quatre de sept. Les deux premiers matchs sont présentés ce week-end à Saint-Hyacinthe, puis la série se transportera à Trois-Rivières pour les matchs 3 et 4 mardi et jeudi au Complexe Alphonse-Desjardins.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer