La Ligue américaine à Trois-Rivières, prédit Courteau

Gilles Courteau se dit satisfait des explications fournies... (Photo: Le Soleil)

Agrandir

Gilles Courteau se dit satisfait des explications fournies par Martin Mondou.

Photo: Le Soleil

Partager

Steve Turcotte
Le Nouvelliste

(Shawinigan) En refusant de lever leur veto ou encore de le monnayer pour permettre aux Draveurs de ressusciter dans la cité de Laviolette, les Cataractes prennent consciemment le pari de partager un jour leur marché avec une équipe de la Ligue américaine de hockey.

C'est la compréhension du commissaire de la LHJMQ, Gilles Courteau, qui se dit toutefois satisfait des explications fournies par Martin Mondou samedi matin, quelques heures après avoir annoncé en conférence de presse la position tranchante dans le dossier de son organisation, la plus vieille du circuit.

«Il faut respecter la décision des Cataractes. Ils ont pleinement le droit de faire respecter leur veto. Ils ont pris une décision après avoir fait une analyse minutieuse de la situation. J'avais demandé aux Cataractes de considérer le fait que la Ligue américaine pouvait s'installer à Trois-Rivières et ils ont étudié cet élément-là avant de prendre leur décision.

«Je sais qu'ils ont procédé à une recherche approfondie pour établir le pourcentage de leur clientèle qui est de l'extérieur de Shawinigan et que ce pourcentage s'avère important. Les Cataractes ont conclu qu'une équipe de la Ligue américaine serait moins dommageable pour eux qu'une équipe de la LHJMQ. C'est le pari qu'ils ont décidé de prendre. Ça leur appartient.»

Courteau prévient toutefois que c'est loin d'être un bluff, la solution de rechange des promoteurs qui est la Ligue américaine. «À partir du moment que la construction du nouveau Colisée va être confirmée, et que la Ligue nationale sera de retour à Québec, ce sera un naturel et je suis persuadé que ça va se produire. Il reste des étapes avant que ça ne se matérialise mais je suis convaincu qu'elles vont être réalisées.»

S'il dit croire que le projet de ramener les Draveurs de Réal Breton, Geoff Molson, les frères Simons et Bob Hartley doit être considéré comme enterré, le commissaire s'attend maintenant à voir les Cataractes défendre leur position auprès de leurs partenaires lors de l'assemblée semi-annuelle des gouverneurs les 11 et 12 février. «C'est terminé. Les Cataractes ont annoncé leur décision. Par contre, on aura une discussion à notre assemblée semi-annuelle, les Cataractes seront invités à partager leur position. Ils étaient placés dans une situation particulière...»

Les franchises de la LHJMQ ont ce veto territorial depuis le début des années 2000, lorsque Marcel Aubut, Julien Brisebois et Daniel Dumais ont planché sur la nouvelle constitution du circuit. Depuis, Farrell Miller (propriétaire à l'époque du Junior de Montréal) l'a utilisé il y a quelques années pour bloquer le transfert des MAINEiacs de Lewiston vers Blainville-Boisbriand, en plus de refuser de négocier avec des promoteurs de Laval. C'est maintenant au tour des Cataractes de faire lasourde oreille à un projet dans leur cour.

«C'est une règle qui existe dans la Ligue nationale de hockey», évoque Courteau, «et qui est en place pour protéger les franchises. Ce fut une bonne décision de mettre cette règle en place, compte tenu du coût des franchises et des coûts d'exploitation», conclut le commissaire.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer