Démission en bloc du c.a. de Baseball Mauricie

Partager

Serge L'heureux
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Baseball Mauricie se retrouve à la dérive après la démission en bloc des membres du conseil d'administration. Confrontée au manque d'implication des membres, la présidente, Linda Thiffault, a décidé de quitter ses fonctions après six années à la tête de l'organisme, où elle cumulait les fonctions de présidente, vice-présidente et trésorière depuis 2007. «C'est rendu difficile d'impliquer des gens dans du bénévolat, déplore-t-elle. À l'automne, on devait combler la moitié des postes du conseil d'administration, mais personne ne s'est présenté. Je cumulais déjà trois fonctions; je ne pouvais tout de même pas en faire davantage! J'ai donc avisé Baseball Québec en décembre que j'allais quitter.»

Avec un conseil d'administration dégarni, c'était rendu difficile de gérer l'organisme, raconte-t-elle. «Comme nous n'avions plus quorum au conseil d'administration, on ne pouvait plus prendre de décision sur rien. On ne pouvait même plus nommer des gens.»

Informée de la situation, Baseball Québec a convoqué une assemblée générale extraordinaire pour mardi prochain, et a décidé d'ouvrir tous les postes du c.a. «J'ai entendu dire à travers les branches que des gens étaient intéressés à se présenter, souligne Mme Thiffault. Il va falloir que quelqu'un d'autre prenne la relève; je n'aime pas avoir à quitter en milieu de mandat, mais il fallait aussi que je pense à ma santé.»

Avant sa dissolution, le conseil d'administration de Baseball Mauricie avait décidé de confier la gestion du AA à la nouvelle organisation des Aigles Can-Am. La présidente démissionnaire assure toutefois que cette décision n'a rien à voir avec la démission en bloc du c.a. «Au contraire, on trouvait que c'était une suite logique, indique-t-elle. D'ailleurs, les huit présidents d'association avaient voté pour ça à l'unanimité. Le manque d'intérêt et d'implication était là bien avant; c'est un problème qui ne date pas d'hier.»

De son côté, le président des Aigles Can-Am, Jean-François Picard, qui est aussi président de l'Association du baseball mineur de Cap-de-la-Madeleine, reconnaît, comme Mme Thiffault, que la situation actuelle ne peut perdurer à Baseball Mauricie. «On ne peut pas laisser mourir la structure parce que des gens ont quitté, assure-t-il. Des gens d'expérience qui quittent, ça ne se remplace pas en criant ciseau, mais les gens sont en train de se mobiliser. Il y a assez d'amoureux du baseball en Mauricie pour qu'on ait une structure en santé.»

Soulignons que l'assemblée générale exceptionnelle de Baseball Mauricie aura lieu mardi prochain à 19 h, au Pavillon des Seigneurs du Complexe sportif de Pointe-du-Lac.

La gestion du AA

D'autre part, Picard explique que la décision de faire gérer le AA par l'organisation des Aigles Can-Am a été prise pour délester Baseball Mauricie d'une responsabilité supplémentaire. «On sentait que les bénévoles étaient essoufflés, indique-t-il. De notre côté, ça va permettre de travailler sur le développement à long terme, et de s'assurer que la structure du AA en Mauricie est adéquate pour les jeunes, pour la détection du talent et la formation des officiels.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer