Surf des neiges: l'Italie en entrée

Indrik Trahan... (Photo: Émilie O'Connor)

Agrandir

Indrik Trahan

Photo: Émilie O'Connor

Partager

La Presse Canadienne
Montréal

C'est en pensant aux Championnats du monde de surf des neiges, qui auront lieu en janvier à Stoneham, ainsi qu'aux épreuves-tests de Sotchi, en Russie, que Jasey-Jay Anderson, Caroline Calvé et Indrik Trahan entreprendront leur saison, aujourd'hui, à l'occasion de la Coupe du monde de Carezza, en Italie.

Les meilleurs planchistes du monde convergeront vers Québec en vue des Mondiaux, qui se dérouleront du 17 au 27 janvier. Puis, ils se donneront rendez-vous à Sotchi, du 10 au 17 février, afin de participer à la répétition générale qui précédera d'un an les Jeux olympiques d'hiver de 2014. Ceux-ci auront lieu à la station balnéaire russe.

Le parcours des slalomeurs vers ces courses-phares de la saison commence aujourd'hui en Italie, avec la tenue d'épreuves de slalom géant en parallèle, tant chez les hommes que les femmes.

Pour les vétérans Anderson et Calvé, se qualifier pour les Championnats du monde devrait s'avérer une formalité. Mais Trahan devra empocher au moins un résultat parmi les 16 premiers, dans l'une des trois épreuves de la Coupe du monde auxquelles il participera d'ici la mi-janvier, pour s'assurer d'une qualification. Sinon, la sélection se fera au gré de multiples autres critères et pourrait lui échapper.

La tâche ne sera pas facile pour le Trifluvien de 19 ans, qui en sera à sa première saison à temps plein en Coupe du monde. Il sera d'ailleurs un des plus jeunes du circuit, cet hiver. C'est là un obstacle qui n'est pas évident à surmonter dans un sport où l'expérience fait souvent foi de tout.

Un planchiste doit presque se «réinventer» quand il passe au plus haut niveau comme Trahan le fera, a indiqué Anderson lors d'un récent entretien téléphonique. «Quand tu regardes les statistiques, dans 95 pour cent des cas, les gens ont fait une centaine de départs avant de se mettre à gagner en Coupe du monde, a noté Anderson. La plupart du temps, c'est donc une question de millage, d'expérience.»

«Je sais que j'ai la vitesse qu'il faut pour bien faire, alors c'est dans la tête que ça va se passer, a dit Trahan de ses chances de se qualifier pour les Mondiaux, lui qui vise une place aux JO de Sotchi. La clé, ce sera de faire le moins d'erreurs possible. Il n'y a pas de place à l'erreur en Coupe du monde. Tout le monde a les compétences à ce niveau-là, alors c'est souvent dans la tête que la différence se situe.»

De retour sur le circuit l'hiver dernier après une brève retraite, Anderson, pour sa part, espère avoir mis de côté les problèmes d'équipement qu'il a connus en 2011-12. «Je suis en forme, alors je m'attends d'avoir une bonne saison», a avancé le médaillé d'or des JO de Vancouver.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer