Dominique Vallée publie son premier livre

La véliplanchiste trifluvienne Dominique Vallée lance, cette semaine,... (Photo: Sylvain Mayer)

Agrandir

La véliplanchiste trifluvienne Dominique Vallée lance, cette semaine, son premier livre, Une vie à contre vent.

Photo: Sylvain Mayer

Partager

Serge L'Heureux
Le Nouvelliste

Après avoir navigué sur les mers du monde, la véliplanchiste trifluvienne Dominique Vallée surfe sur une nouvelle vague, cette semaine: celle de l'édition.

En effet, la trifluvienne publie, ces jours-ci, son premier ouvrage, Une vie à contre vent, dans lequel elle raconte les péripéties de sa carrière sur la scène internationale, mais pas juste ça. «Ce n'est pas une autobiographie, précise-t-elle. Depuis que j'ai commencé à faire de la compétition, en 1998, je tiens un journal sur les gens que je rencontre, les endroits que j'ai visités. Au début, je ne faisais pas ça pour faire un livre, mais je ne voulais pas garder tout ça pour moi, non plus.»

Un premier essai d'une trentaine de pages a fini par aboutir dans le bureau d'un éditeur, grâce à des amis communs. «Ils ont voulu me rencontrer et nous avons tout de suite signé un contrat», raconte-t-elle. C'était en mai 2011. Depuis, l'athlète trifluvienne s'est attelée à l'écriture. «C'est une expérience d'écrire ça!, sourit-elle. J'ai relu des choses que j'avais écrites il y a 10 ans, et ça m'a surprise. En ayant beaucoup voyagé, on développe une opinion différente sur la société, pas juste sur le sport.»

Ni autobiographie, ni manuel technique sur la planche à voile, Une vie à contre vent, retrace plutôt un parcours de vie plus personnel. «Quelqu'un qui ne connaît rien au sport ou à la planche à voile peut lire le livre, explique-t-elle. J'ai mis des choses assez personnelles, là-dedans, des histoires qui font que je suis devenue ce que je suis. Après l'avoir lu, les gens vont avoir une idée, bonne ou mauvaise, sur ce que je suis. Ils vont en penser ce qu'ils veulent, mais moi, je l'assume.»

Néanmoins, Vallée avouait ressentir un petit stress au moment de rencontrer la presse, hier, pour présenter son livre. «C'est plus stressant qu'une compétition!, sourit-elle. L'édition, ce n'est pas quelque chose que je connais. C'est dur, mais c'est aussi un beau stress.»

L'auteure a même décidé d'incorporer certains de ses tableaux dans le livre. «Je fais de la peinture comme je tiens un journal: c'est avant tout pour moi. Mais tant qu'à écrire et à s'ouvrir... «

Une vie à contre vent sera disponible dans la région dès cette semaine; le lancement dans le reste du Québec est prévu pour janvier prochain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer