Les frères Bourassa savourent la conquête de la Coupe Vanier

Le Rouge et Or de l'Université  Laval... (Photo: Le Soleil)

Agrandir

Le Rouge et Or de l'Université Laval a remporté la Coupe Vanier, vendredi soir.

Photo: Le Soleil

Partager

Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste

Lorsque le coup de sifflet final s'est fait entendre vendredi soir au Rogers Centre, confirmant la victoire du Rouge et Or de l'Université Laval sur McMaster, Thommy Bourassa s'est empressé d'aller rejoindre son frère Guillaume. Car c'est d'abord avec lui qu'il souhaitait célébrer ce premier championnat durement acquis.

La date n'a pas encore été confirmée, mais... (Photo: Le Soleil) - image 1.0

Agrandir

La date n'a pas encore été confirmée, mais les frères Thommy et Guillaume Bourassa ont juré qu'ils apporteraient la Coupe Vanier à La Tuque au cours des prochaines semaines.

Photo: Le Soleil

«C'est le plus grand accomplissement de ma vie! D'y parvenir avec mon frère en plus, c'est quelque chose d'exceptionnel et je vais toujours m'en souvenir», déclarait le demi-défensif latuquois.

Environ 72 heures après la conquête de Toronto, l'ancien porte-couleur des Vikings de Champagnat avait retrouvé la voix, hier, lorsque Le Nouvelliste l'a rejoint. Après avoir fait la fête dans la Ville Reine dans la nuit de vendredi à samedi, Thommy, Guillaume et leurs coéquipiers ont été accueillis en héros à Québec le lendemain.

Toute une soirée

La victoire était d'autant plus satisfaisante pour le plus jeune des deux frangins puisqu'il a eu un rôle très important à jouer dans la partie. L'unité défensive du Rouge et Or a frustré le quart-arrière des Marauders Kyle Quinlan à maintes reprises, réalisant sept sacs du quart. Du nombre, un appartient à Thommy Bourassa.

«On voyait bien que ça ne faisait pas son affaire», souriait le numéro 26 en parlant de Quinlan. «Je suis vraiment fier de ma performance, j'ai mis beaucoup de pression sur lui. Il ne s'attendait pas à se faire brasser autant! Après la partie, le coordonnateur a souligné qu'on venait de le limiter à 335 verges alors qu'on en avait accordé plus de 600 l'année d'avant lors de la défaite en finale. C'était une belle revanche!»

Son frère n'était pas en reste. Bien que Maxime Boutin ait dominé chez les porteurs de ballon, Guillaume a réussi quelques belles courses, dont des premiers jeux aux moments importants. Vraiment, les Bourassa avaient toutes les raisons de célébrer dans les minutes suivant cette conquête.

Seul membre de la famille présent à Toronto, le paternel, Guy Bourassa, a pu s'entretenir avec ses deux rejetons en descendant jusqu'à la première rangée des estrades.

«J'espère ne jamais souffrir d'Alzheimer car je veux me rappeler de ces moments jusqu'à ma mort, s'exclamait papa Bourassa. Les gens à La Tuque ont hâte de les voir parader avec la coupe et eux aussi attendent ce moment avec impatience. Ils savent qu'il y a beaucoup de monde derrière eux. Depuis lundi, je me fais apostropher partout en ville, les gens sont fiers!»

Guy Bourassa mentionne que Thommy fut le plus émotif dans les célébrations. «Il nous a ouvert la voie! Guillaume n'en revenait pas, il m'a dit P'pa, je capote! C'est ma deuxième! C'est difficile de demeurer insensible à ça, c'était plein d'émotions envoyées en même temps.»

Un couronnement qui a aussi permis de museler les partisans des Marauders. Ces derniers ne se gênaient pas pour envoyer des doigts d'honneur aux fans de l'Université Laval. Les joueurs de l'équipe adverse ont d'ailleurs dû composer avec les injures avant de sauter sur le terrain.

«Nous avons patienté pendant de longues minutes avant le début du match et on se faisait crier des bêtises, mentionnait Thommy. Par contre, on s'est arrangé pour crier plus forts qu'eux à la fin!»

La Coupe à La Tuque

Reste maintenant à savoir quand Guillaume et Thommy pourront parader avec la Coupe Vanier dans leur ville natale. Ils ont déjà promis qu'ils apporteraient le précieux trophée en Haute-Mauricie, mais aucune date n'a été avancée pour l'instant. «Je ne raterais ça pour rien au monde, assure le plus jeune frère. En 2010 quand Guillaume a gagné, j'étais absent en raison d'obligations au cégep. Cette fois, je vais y être!»

Et qui sait, leur demi-frère Nicolas Bisaillon, triple champion de la Coupe Vanier au milieu des années 2000, participera peut-être lui aussi au party!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer