Recrudescence du C. difficile au CHRTR

Jusqu'à  indication contraire, sur toutes les unités... (Photo: Archives Le Nouvelliste)

Agrandir

Jusqu'à indication contraire, sur toutes les unités de soins et à l'urgence, un seul visiteur par patient est autorisé, de 14 h à 20 h 30, au CHRTR, en raison d'une recrudescence des cas de C. difficile.

Photo: Archives Le Nouvelliste

Partager

Louise Plante
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) On a observé une transmission plus active du Clostridium difficile (C. difficile) au Centre hospitalier régional du Centre de santé et de services sociaux de Trois-Rivières au cours des dernières semaines, si bien que l'établissement a resserré les mesures de prévention et de contrôle des infections.

L'équipe de prévention et contrôle des infections met présentement en place son plan d'action pour prévenir la transmission de la bactérie. La population est donc invitée à respecter les mesures de prévention additionnelles en vigueur.

L'établissement a émis un communiqué rappelant que le C. difficile se transmet essentiellement par les mains ou au contact d'une surface contaminée. Tous les visiteurs sont dans l'obligation de se laver les mains à leur arrivée au centre hospitalier. Les récalcitrants ou distraits seront rappelés à l'ordre par des agents de sécurité qui verront à l'application de cette mesure particulière. On demande aussi à la population de se laver les mains avant d'entrer sur une unité de soins, avant d'entrer dans la chambre d'un patient, en sortant d'une chambre, en sortant d'une unité de soins ainsi qu'en quittant l'établissement. Ces mesures visent non seulement à protéger les malades mais les visiteurs eux-mêmes.

Des bornes et des panneaux installés aux entrées du Centre hospitalier régional et de chacune des unités de soins et chambres d'isolement indiquent également aux visiteurs les consignes à respecter. Jusqu'à indication contraire, sur toutes les unités de soins et à l'urgence, un seul visiteur par patient sera permis de 14 h à 20 h 30.

Évidemment, on demande aux gens qui ressentent des symptômes de fièvre, de toux ou de gastroentérite d'éviter de rendre visite aux patients.

Des consignes particulières s'appliquent également dans les secteurs où la transmission est particulièrement active: aucun enfant de moins de 12 ans n'y est admis, aucune livraison ou service à la chambre toléré et il faut consulter le personnel de l'unité de soins avant de visiter un patient en isolement.

Le Dre Lise-Andrée Galarneau, microbiologiste-infectiologue et officier en prévention et contrôle des infections au CSSS de Trois-Rivières rappelle que la transmission du C. difficile connaît des variations saisonnières et qu'il faut porter une attention particulière à cette bactérie en période hivernale alors que les incidences sont plus importantes. «En effet, en période d'activité grippale, il y a une augmentation de prise d'antibiotiques chez les patients qui présentent des complications telle la pneumonie. La prise d'antibiotiques augmente les risques de souffrir d'une diarrhée associée à la bactérie C. difficile, car ils modifient la flore de bactéries au niveau intestinal. Comme il y a moins de bonnes bactéries, le C. difficile peut se multiplier et produire des toxines à l'origine d'une infection. Habituellement, l'infection cause une diarrhée importante qui doit être traitée rapidement.»

L'établissement qui est confiant de rétablir la situation, dressera un prochain bilan dans trois semaines.

Du côté de l'Agence de santé et des services sociaux Mauricie Centre-du-Québec, on confirme que seul le CSSS de Trois-Rivières a signalé une transmission plus active du C. difficile ces dernières semaines.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer