Pyrrhotite à Saint-Boniface: les formulaires conformes

Le fondateur du regroupement SOS-Pyrrhotite, Jacques Rheault.... (Photo: Émilie O'Connor)

Agrandir

Le fondateur du regroupement SOS-Pyrrhotite, Jacques Rheault.

Photo: Émilie O'Connor

Partager

Sur le même thème

Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Saint-Boniface) La Municipalité de Saint-Boniface a finalement corrigé le tir au sujet de ses formulaires d'attestation pour permettre aux victimes de la pyrrhotite de profiter de rabais dans leurs travaux de réfection chez les marchands participants de la région.

En assemblée publique le 3 décembre, le porte-parole de SOS-Pyrrhotite, Jacques Rheault, avait vivement dénoncé ce retard. Le maire, Claude Caron, avait pourtant accepté que la Municipalité participe à cette initiative au printemps.

Rappelons que le formulaire est remis en même temps que le permis municipal pour réaliser ces travaux. Ce document prouve ainsi que la propriété en question est frappée par la pyrrhotite. Le commerçant participant, des quincailleries ou des magasins spécialisés en rénovation la plupart du temps, consent alors un rabais prévu dans l'entente.

En n'ayant pas en main un formulaire conforme, les propriétaires touchés à Saint-Boniface ne pouvaient donc pas profiter de cette mesure. L'imbroglio a été réglé 48 heures après la sortie au conseil municipal. «J'ai reçu le nouveau formulaire, avec les bons logos», se réjouit M. Rheault. «La formule d'attestation est maintenant la même qu'à Trois-Rivières, Bécancour, Shawinigan et Saint-Étienne-des-Grès. Avec un formulaire valide, la Municipalité pourra dorénavant le distribuer aux victimes de Saint-Boniface.»

Rappelons que jusqu'à maintenant, 26 propriétaires sont touchés par la pyrrhotite dans cette communauté. Des formulaires avaient été distribués au cours des derniers mois, mais ils ne rencontraient pas tous les critères de l'organisme qui vient en aide aux victimes. Des précautions doivent être prises pour éviter, par exemple, la mise en circulation de documents falsifiés qui pourraient confondre les marchands.

Or, à Saint-Boniface, l'en-tête du précédent formulaire d'attestation était composé des armoiries de la municipalités, d'un logo artisanal de SOS-Pyrrhotite et d'une photographie d'une maison.

«Saint-Boniface avait inventé un formulaire qui n'était pas légal», résume M. Rheault. «Je ne sais pas si des commerces l'avaient accepté. Ça ne tenait pas la route. Pour être valide, le formulaire doit avoir le logo de la Coalition proprio-béton, de SOS-Pyrrhotite et de la municipalité concernée.»

D'ici la fin janvier, M. Rheault souhaite relancer des commerçants de Shawinigan pour participer à ce programme de rabais pour les victimes de la pyrrhotite. Présentement, les places d'affaires participantes sont surtout situées à Trois-Rivières.

À l'assemblée publique, le maire de Saint-Boniface avait aussi mentionné que le conseil municipal enverrait une lettre aux commerçants de son territoire pour les sensibiliser à ce programme.

Samedi, l'un d'eux s'est déjà manifesté auprès de M. Rheault pour le rencontrer afin d'en savoir plus long sur cette initiative.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer